mik dupont UA-70672535-1

25/12/2014

Sans religion, point de salut?

religions.pngEn assistant à la messe de minuit, en échangeant avec des musulmans, alors que je suis fondamentalement agnostique, je me pose malgré tout la question de la nécessité ou non d'une religion pour défendre des valeurs qui nous paraissent tellement être universelles. La philosophie du vivre ensemble ne suffirait-elle pas  pour obtenir un résultat identique à ce que prêchent les religions?

Le  christianisme et  l'islam qui ont des vocations universelles et ne cessent de défendre des valeurs de respect, d'égalité, de fraternité, de générosité, etc. etc.  (L'Islam n'ayant d'ailleurs fait que simplement réaffirmer des valeurs existantes en les incluant dans les préceptes que cette religion entend défendre au même titre que la chrétienté), semblent dans la pratique n'avoir pas très bien réussi…

La propension des religions à étendre et propager leur foi, avec un fondement d'une croyance en un salut promis par Dieu à toute l'humanité, n'a jamais jusqu'à ce jour conduit qu'à des guerres, des massacres. Car, c'est cela qui se passe bien sur le terrain du monde. Dans certains coins de notre planète, encore aujourd'hui, on massacre, on torture, on oppresse, on écrase l'esprit, au nom de dieu. Bien entendu, cela résulte, pensons- nous toujours, d'une radicalisation du message religieux.

Je le pense aussi, mais tout en me posant la question de savoir si ce n'est pas l'universalisme qui engendre aussi l'exclusion de tout ceux qui ne se reconnaissent pas dans une croyance, une opinion, une idée qui est établie comme vocation universelle.

Cet universalisme n'est pas le propre des religions. Il s'applique aussi en politique, tout comme en philosophie. Devenu une forme d'absolutisme, nous voyons des régimes comme celui de Corée du Nord, tout aussi destructeur que celui d'un absolutisme divin. L'universalisme philosophique me parait nettement moins dangereux dans la mesure où il ne s'érige pas en doctrine et considère l'univers comme une unité englobant tous les êtres humains  en n'admettant l'autorité que dans le consentement universel. Tous les citoyens du monde doivent alors être respectés. Il est à l'inverse d'un radicalisme religieux ou politique qui voudrait que nous soyons "avec nous ou contre nous, si avec nous, tu te tais et tu avances, si contre nous, on t’élimine" !!

Face à toute notre histoire, faite de soubresauts religieux et politiques, je me dis que la vérité est tout de même du côté de celui qui croit que tout n'est qu'une affaire d'humains en recherche. Qu'en dehors de tout contexte du spirituel qui nous relierait au divin, c'est bien une histoire, une affaire très terre à terre et humaine.  Ce n'est pas demain la veille qu'on me prouvera le contraire.

Moralité chrétienne ou non, nous restons, avouons-le,  souvent des crétins, des ignorants et des pourris individualistes!

J'ai beau retourner l'histoire des croyances dans tous les sens, me casser la tête, ce qui est finalement important est une pratique du respect, du dialogue, de l'entente, de la liberté pour autant qu'elle s'arrête où celle de l'autre commence et qu'elle veille à une égalité de moyens pour l'exercer, pour ne parler que de ces valeurs communes. Pour le reste, qu'elles soient pratiquées par des chrétiens, des musulmans, des juifs, des bouddhistes, des athées, je m'en fous un peu. C'est peut-être simpliste, voire utopique, mais porteur en tout cas de paix.

J'en veux seulement aux religions quand elles troublent le message, le radicalisent; quand elles incitent les hommes à la confrontation et lorsqu'elles ont la prétention d’être la seule voie d'une meilleure humanité.

Une  autre chose et pas la moindre  me parait indispensable au progrès de notre humanité. C'est non seulement apprendre aux hommes à s'aimer, à se respecter,  à être généreux, etc. mais aussi les favoriser pour prendre la voie de la raison, de la réflexion; celle de la science et de tout ce qui peut former et éclairer son esprit critique. Nous éviterons ainsi les dégâts de l'obscurantisme tant religieux, que philosophique ou politique!

21:35 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.