mik dupont UA-70672535-1

01/01/2015

Retour au quotidien

lumière.jpgLes guirlandes de Noël s'éteignent, les vitrines de solde s'allument et le quotidien reprend ses droits. Nous avons beau, pour beaucoup d'entre nous, ne pas nous occuper de politique, elle va influencer, changer un peu ou beaucoup, selon les cas, les mois à venir. L'année sociale s'annonce chaude. Les petits pas réalisés dans la concertation sociale d'avant les fêtes augurent-ils un calme relatif. Rien n'est moins certain. Il ne faudrait d'ailleurs pas que quelques sparadraps éventuels, accordés par les patrons et les gouvernements, soient acceptés comme remède à la plaie béante ouverte par une politique d'austérité. Nous ne pourrons accepter que celle-ci  pèse sur les moins nantis en protégeant ceux pour qui le travail se résume à de la spéculation et à l'obtention de dividendes de richesse créée par les vrais travailleurs. La taxation des millionnaires, celle du capital et non du travail représente la seule alternative possible, doublée d'économies à réaliser, par exemple dans les soins de santé via un plan kiwi.  Economies qui ne peuvent en tout cas pas peser sur les services publics.

Solder un peu plus les bénéfices des multinationales, le salaire des mandataires et des dits grands managers ouvrirait déjà la voie d'une autre politique que celle dont les médias et le pouvoir ne cessent de nous rabâcher comme austérité réaliste, responsable et inévitable. La dette, ce monstre sacré du Loch Ness, procède d'un système qui peut changer, si le courage politique veut s'ériger contre ceux qui ont créé la crise, dont principalement les banques et tout un système monétaire à remettre en question. Il faut solder l'argent prêté de façon usuraire.

Le rêve des artifices, des contes de Noël, des chants doux ou des boucans de discos, s'évanouit. La convivialité  des réveillons, des repas familiaux et amicaux se transformera-t-elle en solidarité pour combattre l'injustice distributive des richesses?

Si le bonheur est un chemin que chacun doit se tracer, il est aussi celui sur lequel nous accompagnent les pèlerins d'une même quête, celle d'une partie de notre sort commun ne résumant pas à la mort et aux taxes.

 

08:34 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.