mik dupont UA-70672535-1

06/01/2015

Regrets de vie

regrets.jpgEtonnant sans l'être vraiment ce témoignage, que je viens de lire un peu par hasard et qui date déjà de quelques années, d'une infirmière (Bronnie Ware),  révélant un hit-parade des cinq plus grands regrets de gens sur leur lit de mort.

1. “J’aurai aimé avoir le courage de vivre ma vie comme je l’entendais, et non comme les autres voulaient qu’elle soit”.

2. “J’aurai aimé ne pas travailler si dur”.

3. “J’aurai aimé avoir le courage d’exprimer mes sentiments”.

4. “J’aurai aimé rester en contact avec certains amis”.

5. “J’aurai aimé me laisser le droit d’être heureux”.

Je ne sais dire encore quelles seront les miens. Je constate simplement, mais cela est certainement plus complexe, que les regrets repris sont très peu altruistes. 

Ce témoignage ne reflète évidemment pas tous les regrets avant de mourir. Ceux-ci me semblent d'ailleurs marqués par des espèces de stéréotypes narcissiques, véhiculés par notre époque qui fait du bonheur une espèce de tarte à la crème dont la composition n'a pas grande consistance.

Sans tomber dans un conservatisme réactionnaire à la mode de Zémour et Cie, sans nostalgie de religion et d'une dernière confession avant l'extrême onction, il est tout même interpellant, mais c'est subjectif, de ne point voir primer dans les  regrets le fait d'avoir causé, du moins à des êtres aimés, de la souffrance, d'avoir été trop exigeant avec les autres; de n'avoir pu pardonner, de n'avoir pu mener assez de combats collectifs pour plus de justice, d'avoir vécu trop égoïstement, etc. Rien de tout cela, rien d'un peu altruiste, du moins en apparence.

Je ne veux et ne peux pas être moraliste, pas plus d'ailleurs que psychologue, mais je ne suis pas certain que les regrets de ce hit-parade ne soient simplement le fruit d'un hédonisme outrancier. Si, pour moi, comme pour beaucoup d'entre nous, le plaisir est un bien essentiel, en faire un seul but d'existence suffit-il au bonheur? La tendance éternelle, mais très renforcée de nos jours, à rechercher le maximum de satisfactions personnelles engendre- t-elle un véritable mieux vivre? Plaisir et bonheur sont-ils synonymes? Voilà bien des questions philosophiques et existentielles que les regrets relevés soulèvent.

Vivre sa vie, comme on le souhaite est rare, du moins totalement. Bref, ces regrets me paraissent très stéréotypés et il faudrait décoder ce que chaque personne a voulu exprimer dans ce qui ressemble à des formules, mais sont en fait des expériences. L'aspiration commune à tous du bonheur reste aussi ambigüe que tous les termes qui y sont attachés.

Si j'avais personnellement un regret formuler, ce serait en premier la souffrance que j'ai pu causer aux autres, mais aussi de m'être trop casser la tête à vouloir être cohérent, alors que la vie, ma vie, n'est que tissées de contradictions et de solitudes que nous ferions tous mieux d'assumer! Vaste débat…

 

 

09:12 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.