mik dupont UA-70672535-1

13/01/2015

Racisme souvent caché ou inconscient: ignorance et individualisme?

racisme 4.jpgracisme2.jpgSi chacun peut s'accorder de nos jours sur l’idée que tous les êtres humains ont une origine commune, cela n'empêche nullement les différentes formes de racismes de se développer. Effrayant de voir la renaissance de mouvements nazis, quand on connait les périodes les plus noires de l'histoire de l'humanité. L''idéologie de ce que la « race aryenne » était au-dessus du peuple juif, qui représentait la « pire des races, a conduit à un massacre qui semble s'estomper dans les mémoires. Idem pour la ségrégation aux USA, en Afrique du Sud et les atrocités coloniales. Plus récent encore, en1994, en trois mois, près d'un million de Tutsi furent tués par des Hutus.

L'idéologie religieuse d'extrémistes engendre aujourd'hui un racisme semblable à celui des nombreuses guerres de religions. Ajoutons une recrudescence des nationalismes.

En m'éloignant des grands concepts et des explications historiques, je constate, dans des discussions avec des ami(e)s, en lisant nombres de commentaires sur le drame de Paris, sur la peur du terrorisme, celle du musulman, quelques constances qui me frappent.

D'abord la difficulté chez beaucoup, rejetant en bloc les musulmans, de les faire quitter une fixation sur le voile, la viande halal, une dite augmentation des mosquées. Ils se sentent dépossédés aussi de vieilles traditions (arbre et crèches de Noël, nouvelle dénomination des vacances). Etonnant pourtant de voir ces défenseurs des signes chrétiens ne plus fréquenter les églises sinon pour des mariages ou des enterrements. La tolérance semble bien plus grande chez les croyants pratiquants. L'œcuménisme est mieux passé chez eux.

Lorsque la question des valeurs à défendre leur est posée, les racistes (qui prétendent d'ailleurs ne pas l'être) peinent à les définir, sinon dans ce que j'ai cité ci-dessus. Les valeurs universelles des droits humains semblent passer bien après des coutumes folkloriques.

Autre constatation. Celles et ceux qui se targuent de défendre leur culture sont généralement des personnes qui semblent en avoir très peu; sinon celle des faits divers, peoples, insolites. En s'informant un peu sur leur CV, on y trouve souvent une chaotique et  faible scolarité. En France, les moins diplômés ont été plus nombreux à choisir le vote FN et l'abstention.

Difficulté aussi de conceptualiser des situations. En boutade et sans esprit de supériorité, je dirais qu'impossible pour eux de compter sans les doigts ou les marrons! Point n'est besoin évidemment d'avoir un bon diplôme pour être intelligent, même si ça aide. L'intelligence se forge aussi par l'expérience, les rencontres, la vie sociale, culturelle, associative.  

Autre constatation encore. Ces personnes se montrent très individualistes, peu engagées aussi dans une vie associative mais très branchées sur les petits potins de voisinage  des amis et connaissances. Bien aussi dans leur petit confort matériel qui ne faudrait pas déranger. Les personnes plus ouvertes, plus intéressées à la chose publique, plus engagées dans la vie associative et culturelle se montrent nettement moins racistes, même sans grands diplômes.

Vous me direz que de "grands" intellectuels le sont. C'est vrai, même si plus rare. Mais si vous retirez ceux qui profitent insidieusement de l'ignorance pour en tirer divers avantages, dont politiques, ils ne sont pas très nombreux.

Ma petite analyse n'a évidemment rien de scientifique. D'autres facteurs interviennent surement. Ceux que j'ai retenus ne sont pas des vérités absolues. Il ne faudrait d'ailleurs pas qu'ils favorisent une politique élitiste, alors que c'est l'inverse qu'il faut rechercher.  Il y a aussi toujours des exceptions aux règles. Il me semble pourtant que l'ignorance et l'individualisme favorisent le regard par le petit bout de la lorgnette. Ils contournent la critique un peu affinée pour tomber dans des préjugés, des cliches, des solutions primaires et simplistes hors desquels ils se sentent perdus et dans l'insécurité. " Moins le blanc est intelligent, plus le noir lui paraît bête" écrivait déjà A. Gide.

Nous avons bien une loi condamnant toute forme de racisme. Hélas, une société ne se change pas à coup de décrets. Combattre le racisme n'est pas qu' une question éthique. C'est aussi un combat politique, culturel.

 

00:36 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.