mik dupont UA-70672535-1

22/01/2015

Le surréalisme sécuritaire à la belge

sécuritaire.jpgDes policiers dans des commissariats dits protégés, parce qu'on ne peut plus stationner devant et que certains, comme j'ai pu voir,  sont entourés de quelques barrières Nadar. Des flics qui doivent se déplacer à deux.  Quelques militaires dans les rues et devant des endroits "à risque".

Tout cela est censé renforcer notre sécurité. Quelle blague! Disons que c'est censé nous apporter un sentiment de sécurité, ce qui est bien différent.

Mais, à côté de ce déploiement visible, un suspect est recherché en Espagne alors qu’il est chez lui avec un bracelet électronique! Surréaliste.

Je me demande si l'angélisme et l'aveuglement dont on accuse ceux qui trouvent ces mesures, non seulement inefficaces mais pouvant conduire au non-respect de notre vie privée n'appartiennent pas à celles et ceux qui crient avec les loups.

Arrêter le terrorisme en croyant uniquement à l’extension des mesures, contrôles et lois sécuritaires, technologies de surveillance, etc. est une illusion aussi grande que celle qui consisterait évidemment à ne rien faire et à continuer comme si rien ne s'était passé.

Nécessaire sans doute de donner plus de moyens pour des investigations, pour autant qu'elles restent ciblées. Nécessaire d'avoir une police bien formée et sachant employer les nouveaux outils informatiques. Nécessité d'infiltration, de forces spécialisées. OK! Pour le reste, attention à la parade que nos responsables politiques sont en train de nous offrir pour mettre fin à une paranoïa sécuritaire. Attention surtout à ce que cela ne profite aux partisans d'une prolifération de “Big Brothers“. Nos droits démocratiques seraient vite bafoués.

J'entends souvent dire que “seuls ceux qui ont quelque chose à se reprocher ou à cacher auraient peur de l'extension de mesures sécuritaires. Ou encore que cela relève du bon sens. Je leur dirai qu'il fut aussi un temps où la peine de mort était une question de bon sens, tout comme le droit des femmes à ne pas voter, etc., etc. Le bon sens dépend de bien des facteurs qui nous échappent.

Le problème n'est pas que quelques "voyeurs" soient au courant de notre vie privée. Le problème est bien plus large. Les paranoïaques ne sont  pas ceux qui refusent d’être surveillés. Ce sont ceux qui veulent surveiller tout le monde à tout prix. La question n’est pas de savoir si nous avons quelque chose à cacher. C'est de savoir quel intérêt ont ceux qui veulent nous surveiller  à " l’insu de notre plein gré". Je ne crois pas à cette générosité de certains qui voudraient absolument protéger ma vie. Sommes-nous assez naïfs pour croire que derrière toutes mesures de protection, des plus petites aux plus grandes, comme celle du port de la ceinture de sécurité, de l'interdiction de fumer dans certains lieux, jusqu'au mesures de mettre des militaires dans les rues, ne relèvent que de notre sécurité ou bien-être? Bien sûr que non. Le problème des atteintes à la vie privée est éminemment politique, voire idéologique. Il existe de très nombreuses façons d’attenter à la vie privée de quelqu’un. Même ceux qui n’ont “rien à cacher” peuvent en faire les frais.

Je ne veux pas caricaturer, mais à force de multiplier tous les nouveaux moyens de surveillance, pourquoi ne serais-je pas obligé un jour de me balader avec une caméra sur les vêtements pour voir si je n'y cache pas d'arme!

Je lisais dernièrement que toutes les enquêtes de criminologie démontrent clairement que l’espace le plus criminogène, c’est-à-dire où se commet le plus d’infractions dans nos villes contemporaines, ce n’est pas la rue, mais notre domicile et surtout nos chambres à coucher. C’est là où sont commis les violences conjugales, les cas d’inceste, de viol, de maltraitance d’enfants. J'y ajouterai alors la cache d'armes. Va-t-on accepter, une caméra dans nos habitations? Replaçons donc bien notre besoin de sécurité dans un cadre plus général que celui que les derniers attentats suscitent comme réaction directe de "bon sens"!

 

11:34 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.