mik dupont UA-70672535-1

29/01/2015

Dialogue social

concertation sociale.jpgLe gouvernement Michel aura gagné un peu de temps pour une relative paix sociale durant les fêtes de fin d'année. La mise en scène d'une ouverture à la concertation aura fonctionné.

Les négociations entre partenaires sociaux vont très probablement, une nouvelle fois, se solder par un échec.

Je me pose la question de savoir si tout ce cinéma relève encore d'une démocratie participative. Nous nous sommes éloignés des heures heureuses où le politique reconnaissait la place des syndicats. Le temps de la naissance des conseils d'entreprises et de l'implication des salariés dans la gestion de celles-ci semble bien révolu. Aujourd'hui, seule compte la compétitivité comme pilier économique. Comment dès lors pouvoir encore concilier démocratie sociale et croissance économique? Les obligations sociales et fiscales des entreprises sont en permanence accusées d’entraver le marché du travail. Comment dans un  contexte de performance économique, visant essentiellement à rétribuer le plus possible un actionnariat versatile, croire encore au dialogue social, en tout cas sur sa forme actuelle?

Ajoutez à cela que notre gouvernement, à l'image d'ailleurs des précédents, préfère souvent se tourner vers les banques, le fric, la spéculation ou les rentes plutôt que sur le monde industriel (Arcelor-Mittal n'en est qu'un exemple).

Mais, ne rejetons pas trop vite la faute sur les "autres". Nous voyons combien les grèves et mouvements de rue sont encore mal vus par la majorité d'entre nous. Là aussi les temps ont changé. La solidarité des anciens a fait place à l'individualisme d'une nouvelle génération consumériste.  De l'embourgeoisement de toute une classe résulte un grand mépris pour les syndicats, le monde ouvrier étant toujours considéré comme un monde inférieur. Les syndicats jouent de moins en moins un rôle fondamental. A qui la faute?

Voilà qui va favoriser notre gouvernement à passer en force et rapidement toute une législation antisociale.

Le temps de la résistance de  fin 2014 va devoir se réveiller, en espérant qu'il ne tombe pas dans la lassitude, ce que ceux nous gouvernent attendent secrètement.

 

 

09:59 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.