mik dupont UA-70672535-1

19/02/2015

Dynastie familiale politique

moureaux.jpg

Je lis aujourd'hui que la fille de Philippe Moureaux se prépare à marcher sur les traces de son père. Rien de bien étonnant lorsqu'on sait  le nombre d'élus issus de  dynastie familiale politique. Au parlement fédéral, ils sont 12 élus sur 103, soit 11,6 pc, 8 élus sur 75 (10,6 pc) au parlement wallon et 4 élus sur 72 (5,5 pc) au parlement bruxellois.  Sans les citer tous, épinglons du côté wallon et bruxellois, évidemment notre premier ministre Charles Michel et son frère Matthieu, Melchior Wathelet, Alain Mathot, Frédéric Daerden, Laurette Onkelinx, Christine Defraigne, Gilles Foret, Jacques Simonet, Benoît Lutgen, Benoît Langendries, Denis Ducarme, etc. etc. Ecolo et le PTB semblent les seuls partis à ne point compter dans leur rang des filles ou fils de.  La "transmission" n'est pas l'apanage de la politique. Elle existe dans bien d'autres professions. Nous pouvons cependant nous demander si en politique cette continuité familiale  n'entrave pas un processus démocratique pour finalement former une oligarchie et donc un système politique dans lequel le pouvoir appartient à un petit nombre d'individus ou de familles, à une classe sociale restreinte et privilégiée. Je ne suis pas un convaincu que  cette transmission soit une transmission de valeurs altruistes. Sous le couvert de "servir" l'Etat et l'intérêt général, il s'agit bien plus souvent de servir des intérêts personnels, familiaux, d'entreprises et de former dans les faits une espèce de caste moderne dominante.  Le risque est encore accentué par une coalition de cette nouvelle oligarchie politique et "intellectuelle" avec l'oligarchie financière. Il y aurait alors un grand obstacle au développement de la justice sociale.  

Ces "fils et filles de" sont, il est vrai, des élus. Cette élection est évidemment plus facile que pour le fils ou la fille du commun des mortels. Le nom est déjà bien connu et relayé plus facilement dans les médias. La preuve encore avec la fille de Moureaux. En aurait-on parlé si elle n'était pas la fille de?  Nous savons aussi que beaucoup de médias sont devenus des instruments des oligarchies occultes, autant financières que politiques qui ont intérêt à incliner l'opinion pour une classe dominante. Nous étonnons-nous assez de ne voir siéger aucun "pauvre" dans nos hémicycles démocratique? Les "oligarques" sont-ils donc à l'image de qui ils représentent? Il y a pourtant plus de pauvres que de riches.  L'attrait de la politique serait-il aussi grand chez nos éminences si leur mandat ne rapportait pas gros? Platon disait déjà:  "  plus ils ont d’estime pour la richesse, moins ils en ont pour la vertu. Quand la richesse et les riches sont honorés dans une cité, la vertu et les hommes vertueux y sont tenus en moindre estime". Autre formulation du général Bigeard, reprise souvent par Raoul Hedebouw ( PTB) : "Quand on ne vit pas comme l’on pense, on finit par penser comme l’on vit"!  

Qu'il soit aujourd'hui de gauche ou de droite, ce "personnel" politique s'est bien mué en caste. Caste bien liée à celle du pouvoir économique. A se demander d'ailleurs si nos ministres ne sont finalement pas transformés en  représentants de commerce au service des entreprises privées. L'oligarchie politique, et ce n'est pas le propre de notre pays, a l'art de nous manipuler sous le couvert d'une fausse démocratie. Les hommes et femmes politiques vraiment "vertueux" sont devenus très rares. La majorité est devenue cynique, éloignée du terrain des travailleurs et n'ayant comme but principal de faire son beurre en étant complice des puissances d’argent.

 

10:38 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.