mik dupont UA-70672535-1

22/02/2015

Démocratie grecque et européenne

quatremer.pngJe lis certains commentateurs opposer la démocratie grecque et sa demande d'une autre politique que celle d'austérité à celle d'une démocratie européenne, qui majoritairement l'impose. Les traités de l'UE seraient donc démocratiques? L’orthodoxie budgétaire et dogmatique de l'Allemagne imposée par Merkel est-elle plus démocratique que celle présentée par une Grèce exsangue? Ah la démocratie, quel grand mot, mis à toutes les sauces, suivant les intérêts des uns ou des autres!

L'Europe n'a rien d'une démocratie. Son pouvoir n'est en rien détenu ou contrôler par le peuple. Si son parlement, aux compétences d'ailleurs très restreintes, est élu, les décisions qui y sont prises dépendent d'une oligarchie composée de quelques grands lobbys financiers et sont contrôlées par une meute obscure de technocrates. Cette Europe n'est qu'économique. Outre un lobbying jouant de toute ses forces dans les couloirs, elle est guidée par des institutions internationales comme le FMI, l'OCDE, l'OMC, la Banque Mondiale qui n'ont aucune représentativité démocratique.

Lorsqu'un journaliste comme Jean Quatremer, dit spécialisé sur les questions européennes, ose affirmer que " la démocratie ne s’exerce plus de la même façon depuis que l’Union européenne existe", il oublie simplement de dire qu'elle ne s'exerce plus du tout. Mettre en balance celle exercée légitimement en commun par des gouvernements élus et celle d'un Alexis Tsipras, c'est oublier que ce dernier a bien été élu par une large majorité  des gens " d'en bas"  qui ont traduit le sens d'une démocratie solidaire dans les urnes. La démocratie c'est cela. Au-delà du dit légitime "parlementarisme", il oublie de dire que la série de compétences exercées en commun avec d'autres gouvernements sont peut-être "légales" mais pas "légitimes" comme il l'écrit. La légitimité appartient au peuple qui peut en décider autrement à tout moment. De plus, nous savons que le vrai pouvoir ne se situe pas dans les urnes. Alexis Tsipras répond à bien autre chose que des votes qui ont été accordés à son parti. Il tente simplement d'apporter en haut ce qui se passe en bas. C'est bien cela la démocratie.

L'interview de ce journaliste français dans LLB illustre une fois de plus le mauvais rôle que jouent les médias et les experts. Là ou un vrai débat devrait apparaître, ils apportent une caution de leur audience ou science sur les centres de décision et occultent la manière opaque et abstraite dont ceux-ci fonctionnent.  Ils oublient que la démocratie reste encore à acquérir!

 

10:23 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.