mik dupont UA-70672535-1

26/02/2015

Fric et politique

de deckker.pngNous ne demandons pas à nos responsables politiques un dévouement gratuit à la chose publique. Nous savons qu'entrer en politique ne demande pas de faire vœux de pauvreté, même si nos éminences ne cessent de nous proclamer leur vocation et passion pour servir le citoyen et le pays. De là à recevoir des salaires élevés, un cumul d'indemnités diverses et cumulées et se laisser en plus corrompre, cela commence à bien faire!

Les sieurs bleus de Kubla, De Decker succèdent donc dans l'actualité de corruption aux sieurs rouges. En voilà même un qui passe quelques nuits dans la  case prison. Mais, pas trop de danger. Je pense, que comme ses collègues, il connait bien les arcanes de justice et comment se servir des procédures pour retarder et encore retarder des verdicts qui tournent souvent en non-lieu et en prescription. Et que dire du grand orateur aussi précieux que creux et serre-fesses du chevalier De Dekker, avec sa panoplie de décorations nationales et étrangères! Car nos parlementaires trouvent souvent le temps, en dehors de ce qu'ils affirment être un job harassant qui leur prend beaucoup de temps et d'énergie, de pratiquer encore à titre accessoire, leur profession. Dans son cas, celle d'avocat extrêmement bien rétribué par l'homme d'affaire belgo-kazakh Potok Chodiev. Voilà de quoi rendre jaloux le ministre docteur D. Bacquelaine  qui ne doit pas pouvoir demander à ses patients d'aussi bons honoraires! Ou encore un O. Chastel, pharmacien d'industrie qui accessoirement doit encore être expert - consultant auprès des laboratoires d'essais et passionné d'élevage de Bouviers des Flandres. Ces activités "marginales" sont probablement moins rentables. La liste des revenus parallèles serait trop longue à citer. Les cumuls ne sont pas, comme nous le voyons, que politiques car d'autres s'avèrent encore plus juteux.

Tout cela dans un cadre de poursuite de "riches" chômeurs qui oseraient en plus se faire du fric en travaillant en black! Celui-ci ne bénéficiera évidemment pas d'une longue procédure administrative ou judiciaire et ne pourra se payer les services des ténors du barreau pour plaider sa bonne foi.

Populisme, poujadisme, me rétorqueront encore tous les privilégiés de notre société. Le travail de l'élite mérite évidemment mieux que celui du fauché! Les bienfaiteurs du bien commun méritent meilleur salaire et pot de vin que le petit travailleur au salaire minimum consommant pils cara. Et oui, nous devrions la fermer et en plus saluer les mérites de celles et ceux que nous envoyons par élection puiser richesse dans nos poches de cons!

09:35 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.