mik dupont UA-70672535-1

03/03/2015

Aller chercher l'argent là où il est

jamar.jpgAinsi, très habilement et dans la veine des petits politicards, notre ministre du budget, Hervé Jamar, tacle le PS en le forçant à sortir du bois en imposant en Wallonie une taxe sur les grandes fortunes. Bien joué dans le bac à sable des politiques libérales qui ont l'art de mettre tout en concurrence, restant ainsi des fidèles au système capitaliste. C'est bien cette concurrence, cette compétitivité qui entraine évidemment la précarité du travail, divise les travailleurs,  dresse les salariés contre les consommateurs, oubliant que les salariés sont aussi des consommateurs. Je crains que la compétence de H. Jamar s'attache à comprendre et encore moins à lutter contre le cercle vicieux dans lequel les prix peu élevés conduisent à des salaires peu élevés qui entraînent une consommation timide et qui débouchent sur des délocalisations faute d’un niveau de consommation suffisant. C'est pourtant bien de ça qu'il s'agit et est en œuvre en Europe.  Tout cela peut paraître compliqué et sans rapport direct avec l'actualité d'une éventuelle taxation différenciée des grosses fortunes dans notre pays. Sans être spécialistes, nous pouvons comprendre que cette compétitivité entre régions ne fera qu'accroitre le jeu des déplacements des grosses entreprises multinationales et de leurs détenteurs de fortunes, à l'image de ce qui se fait dans l'Europe à la Junker.

A la diversité fiscale des pays européens, H. Jamar voudrait en rajouter une à l'intérieur même de notre pays, suivant ainsi la logique de droite des séparatistes flamands. Quelle vision politique à ce ministre? Celle qui, s'en doute, ne voit que par le petit bout de la lorgnette politicienne. Il n'est certainement le seul dans ce cas! Dans la naïveté, parfois aussi l'ignorance, ces petits pions politicards font évidemment le jeu de celles et ceux qui maîtrisent, eux, le système. Comment ne voient-ils pas leur contribution à des entreprises et gros actionnaires  qui maîtrisent à la perfection l’art de ne pas payer d’impôts, en jonglant avec les lois fiscales et en restant dans les limites de la légalité. Alors qu'il faudrait surtout faire face au lobbying européen, dont d'ailleurs Bruxelles est devenue la capitale, ajouter encore une disparité fiscale de plus serait de nature à renforcer celui-ci.

Aller chercher l'argent là où il est, c'est aller le chercher chez les "intaxables", comme nous l'avons encore vu ces derniers temps, avec des McDonalds et Cie. C'est mettre la pression sur une taxe des millionnaires chez nous, mais aussi ailleurs par une harmonisation fiscale qui est à l'inverse de ce que veut et fait notre gouvernement. C'est unir les politiques pour contrer les subtiles optimisations fiscales. Bref, c'est changer les règles du jeu capitalistes. Demander à un MR ou d'ailleurs à la sociale démocratie d'y contribuer relève évidemment d'un combat perdu d'avance.

08:42 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.