mik dupont UA-70672535-1

24/03/2015

On le savait, mais Marc Goblet confirme...

 

goblet et consorts.jpgNous le savions, mais aujourd'hui nous en sommes certains.  L'alliance sans réserve de  Marc Goblet au PS est une faute grave envers les travailleurs, autant d'ailleurs que celle de Jean-Pascal Labille.. La trahison de Goblet est bien confirmée, lui qui déclarait, il y a peu encore n'être point le bras armé du PS! J'avoue pourtant me réjouir de cette "clarté", plutôt que de laisser poursuivre le double jeu de ce syndicaliste appartenant au clan des parvenus.  La base syndicale réagira-t-elle à cette inféodation au PS? Nous verrons dans les semaines et mois à venir. Les affiliés aux mutuelles socialistes accueilleront-ils aussi avec bonheur une alliance aussi étroite?  Le PTB poursuivra-t-il sa prudence pour ne point déclarer cette action commune comme une vraie mise sous tutelle de délégués sous la coupe du seul PS?

 

Le lancement d'une " action commune" socialiste, n'est d'ailleurs pas une nouveauté.  L’Action Commune socialiste a toujours été le pilier socialiste qui s’est établi dans la société belge depuis la création du Parti Ouvrier de Belge. Celui-ci, il est vrai s'est fortement'effrité au vu d'un PS pratiquant au fil du temps une sociale démocratie très semblable au libéralisme qu'il affirmait et affirme toujours combattre.  L’Organisation syndicale, la Mutualité et les Sociétés coopératives dont la Prévoyance sociale (actuellement P&V) avait perdu de leur cohérence, en ne suivant plus aveuglément la discipline d'un PS au pouvoir. Ces différentes branches perdaient petit à petit leur base, dégoutée par le divorce entre le discours PS et son action gouvernementale.

 

L'habile et intelligent Di Rupo, maintenant dans l'opposition,  veut siffler la fin des incohérences et des dissensions. Pas dit qu'il va réussir. Alors que les statuts du PS prévoient explicitement que les fédérations doivent organiser leur concertation avec les membres de l’Action commune, celles-ci ne le faisaient pas toujours. Voir Goblet au côté de Labille et de Di Rupo n'a rien de surprenant puisque  les deux liégeois avaient donné l'exemple d'une action commune et structurée qui avait conduit  à la rédaction d’un programme commun en vue des élections communales. La stratégie de Di Rupo est donc bien de multiplier partout l'exemple liégeois. Profitant de l'opposition au niveau fédéral, le " maître"  a l'opportunité  de fortement amoindrir les tensions qui étaient inévitables  lorsque le PS participait à  la majorité gouvernementale et se disait obligé de prendre part à l’adoption de décisions antisociales qui aujourd'hui font saigner le cœur du Seigneur du boulevard de l'Empereur!

 

Mais comment encore croire en cet habile communicateur qui aujourd'hui jure que ce qui importe au PS, ce sont ses militants?  La ruse est grosse. Elle ne sert qu'à se réapproprier à moyen terme le pouvoir pour le pouvoir.  Le travail de reconstruction à faire par rapport à la confiance perdue tant chez certains militants du PS que de la FGTB apparaitra très vite comme un bâtiment en trompe l'œil. Du moins sur un électorat et militantisme éclairés.  C'est en tout cas mon espoir.

 

00:27 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.