mik dupont UA-70672535-1

27/03/2015

Alors Raymonde, on danse?

fripes.jpgNon seulement la presse de caniveau, mais celle qui est vue comme plus sérieuse n'a pas manqué de rajouter une couche pour salir la courageuse militante Raymonde Le Lepvrier qui avait osé dans notre siècle de violence jeté sans trop de délicatesse quelques cintres de fripes  pour tenter de faire fermer un magasin un jour de grève générale. Bien malgré elle, cela avait fait ce qu'on nomme aujourd'hui un buzz et déclenché une mini révolution et une grande vocifération parmi les vertueux attachés  à la liberté de travail. Bien vite oubliée par la volatilité de ce genre d'information plus anecdotique que symbolique, ne voilà-t-il pas  que notre Raymonde refait, de nouveau bien malgré elle, l'objet d'une nouvelle, bien que moindre, médiatisation. Sud Presse annonce, comme grande nouvelle exclusive découverte par elle, mais vite relayée par d'autres charognards,  la préretraite en automne de la femme par qui un scandale syndicaliste est arrivé. Mais pire, sans aucune preuve un peu étayée, la femme maudite des bien-pensants et faux-culs du boulot, prétexterait un état de mauvaise santé pour tirer sa révérence au monde du travail. Oh quel scandale!   Oyez, oyez, braves gens, damoiselles et damoiseaux, osez encore surtout sortir votre fiel contre les pourris grévistes qui veulent plus de justice sociale et surtout laissez courir les truands de la corruption, les seigneurs de l'évasion fiscale et les politiciens véreux. Trois fripes chiffonnées d'une enseigne qui n'hésite probablement pas à exploiter la vie d'enfants "couturiers" masqueront ainsi les revendications d'une journée de grève nationale.  Ainsi va notre société de consommation, soumise au "libre" marché de produits souvent merdiques qui financent largement par ses pubs la presse qui n'a plus comme opinion que de se faire du pognon par de basses émotions! Moi, je dis à Raymonde ne point s'en faire sur les vilains refrains de cette minable presse mais de plutôt danser en leur marchant sur les pieds! Alors Raymonde, je persiste et signe: On danse?

08:31 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.