mik dupont UA-70672535-1

06/04/2015

Quand la communication devient pollution

communication.pngJ'avoue être souvent énervé par les nouveaux modes de "communication".  Amusant mais dramatique de voir en permanence, que ce soit dans le bus, dans la rue, au resto, etc. les gens en train de pianoter ou de converser sur leur smartphone.  J'ai la nette impression qu'au fur et à mesure que le nombre des moyens et techniques de communication augmente, moins nous communiquons réellement. Je parle de la communication de partage, pas de celle qui est fonctionnelle. Les deux semblent pourtant se confondre de plus en plus. La notion de partage, d'échange afin de mieux se comprendre, de partager des valeurs, une histoire, un sentiment,  semble se confondre avec des partages purement fonctionnels, réduits à la localisation, à l'horaire, et à des  petites futilités quotidiennes. Sans nier la nécessité de ce type de partage facilité par nos téléphones portables, j'ai l'impression que cette fonctionnalité empêche ou nuit à des échanges un peu plus " consistants".  La logique de cette "communication" ne met-elle pas en péril celle qui exprime nos sentiments, nos expériences, nos pensées, nos attentes, se résumant alors dans un simple smiley permettant  d’ajouter l’émotion au texte? Que penser aussi de toute la communication via le web, twitter et les réseaux sociaux? Par un petit clic, nous voilà en mesure de nous adresser au monde entier. Fantastique facilité. Mais pour communiquer quoi? Très souvent du n'importe quoi! Des faits de notre quotidien, de nos goûts dans une espèce de strip-tease qui voudrait nous faire passer comme unique et original, alors qu'ils ne sont souvent que le fruit d'une société normative de consommation et d'émotion.  Il ne faudrait pas croire qu'un simple like me permet d'exprimer valablement ma pensée et mon lien d'amitié avec des amis que je ne connais souvent d'ailleurs que par le virtuel.  Attention, loin de moi le désir de décrier les nouveaux moyens techniques de communication. J'en suis aussi consommateur. Le type d'échange qu'ils permettent n'est pas que superficiel. En plus de partages individuels, ils permettent aussi de resserrer des liens avec des groupes dotés de valeurs et d'objectifs communs. Mon petit billet d'humeur ne se veut pas grincheux. Les attentes de chacun de nous sont très différentes et hétérogènes. Ceci dit, je crois simplement que tout en y voyant les bienfaits, nous ne devons pas nous cacher le risque de pollution qu'ils peuvent apporter dans notre pensée et dans nos relations.

10:25 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

les SPAMS sont aussi une grande source de pollution

Écrit par : alodia | 08/04/2015

Les commentaires sont fermés.