mik dupont UA-70672535-1

15/04/2015

Quand la politique n'est plus qu'événementielle

événementiel.png

Difficile de croire encore à la politique comme moteur de changement de société quand celle-ci n'est plus qu'événementielle, c’est-à-dire en l'occurrence ici un simple  commerce de  la communication. L'art de la chose publique  s'est fondu dans ce qui ne se rapporte plus au sens premier, mais bien à ce qui se rapporte  à la création, à la gestion et à la promotion  de la seule image d'un parti ou d'un élu. La politique n'est plus qu'une affaire de marketing.  Vendre un candidat ou une idée est devenue similaire à la vente d'un produit de vaisselle ou de poudre à lessiver. Ce n'est plus qu'une question de stratégie.  La politique est devenue un produit de consommation.  Il faut trouver le slogan qui marche, la petite phrase assassine qui va faire le buzz. Le milieu événementiel emprunte à tout et se nourrit de tout. Peu importe la qualité. Ce qui compte est qu'on en parle. En bien ou mal. Dans un contexte socio-économique dégradé, l’événementiel  d'aujourd'hui ne se tourne plus  vers des registres autrefois réservés au champ culturel, associatif, syndical,  sociétal, social afin d'y puiser des  sources d’inspiration pour un progrès réel,  porteur d’évolutions sociales et environnementales.  Le people semble bien  avoir remplacé tout cela. Il faut surtout faire appel aux émotions. L'anecdotique vaut mieux qu'une vision globale. Les considérations opportunistes valent mieux que celles à long terme. Elles sont plus vendables. Les messages citoyens ne paient plus. Notre politique s'est finalement appauvrie par la dimension "multimédiatisée"  (Internet, les réseaux sociaux, le mobile et le monde virtuel) qui  nous  renvoit à un contenu immédiat.  Comme  l’événementiel se caractérise par son caractère éphémère, rien d'étonnant à ce que la politique soit devenue aujourd'hui celle qui s'accommode à la course rapide du profit que lui dicte le monde financier de la spéculation.  Nous sommes devenus des touristes du politique, laissant à nos "guides" le soin de nous balader sur le terrain exploité par un  capitalisme pour lequel nous ne sommes que de simples consommateurs. ..

 

08:25 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.