mik dupont UA-70672535-1

27/04/2015

Waterloo ou la gloire de deux cochons de l'histoire

bicorne.pngA l'heure des commémorations des grandes guerres, des massacres et génocides de l'histoire, n'est-il pas pour le moins étonnant, voire scandaleux, de voir monter en spectacle touristique cette fameuse bataille de Waterloo où deux cochons de l'histoire, Wellington et Napoléon s'affrontèrent  pour sauver de grands enjeux économiques sous le couvert de drapeaux  et idéaux nationalistes.  La guerre pour ce Bonaparte Napoléon, comme  pour son vainqueur de Waterloo n'a jamais été qu'une course au profit, sinon pour l'Etat au moins pour eux!  " Je les connais mes Français ", dit-il à  son frère Lucien, "ils adorent d'avoir  à leur tête  quelqu'un  qui les mène voler, de temps à autre, à l'étranger". Voilà qui est aussi crapuleux que les élans d'un Sarkozy ou d'un Hollande, d'un Cameron et de tous ces faucons de dirigeants qui nous font croire à la défense des droits de l'homme et déposent des couronnes sur les monuments en l'honneur des pauvres massacrés par des idéologies qui n'ont que le profit comme valeur.  Comment comprendre l'attrait de milliers de personnes pour visionner en voyeurs touristiques la boucherie d'innocents soldats engagés et tirés comme des pigeons?  "L'épopée " napoléonienne, gluante de sang, vaut-elle cette mise en "valeur", comme une espèce de patrimoine historique?  Loin d'éveiller la paix, elle réveille une forme cachée d'admiration pour la guerre. Elle est à l'image de nos grands dirigeants qui parlent de paix pour mieux faire la guerre.  Que pèse la vie de  nos militaires aujourd'hui? Pas beaucoup plus que de ceux d'hier, malgré les grands hommages et décorations remises sous un cérémonial d'une grandiose hypocrisie.  Waterloo ! Waterloo ! morne plaine ! Non, je n'irai pas te regarder et encore moins te célébrer! Je ne suis pas de ceux qui aiment violer l'histoire. Je laisse  le mercantilisme  de cette commémoration aux professionnels de l'événementiel et aux pantins politiques ayant perdu tout sens critique au profit de leur seule médiatisation.

08:07 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.