mik dupont UA-70672535-1

30/04/2015

Baromètre politique

maggy.jpgLe dernier baromètre publié par le Soir continue à jouer au yoyo entre les grands partis conservateurs, avec comme seule consolation progressiste la poursuite de la montée du PTB. De quoi constater encore une large influence et soumission d'une majorité de citoyens à la pensée unique, si bien servie par une médiatisation guidée et financée par ceux qui détiennent les fortunes ou  vivent très confortablement  dans le pouvoir capitaliste. Le PS ne manquera pas d'argumenter sa lente et irrémédiable chute par  une division de la gauche sans admettre qu'elle est avant tout son reniement aux idéaux de gauche, malgré un sursaut d'image qui ne réussit pas à le rendre crédible à une classe ouvrière lasse de ses promesses.  Les bleus se réjouiront d'une manipulation et d'un reniement de promesses qui ne leur sont pas trop préjudiciables.  ECOLO et CDH continue, eux,  à ramer sur les eaux tièdes et floues d'une pensée opportuniste  donnant, suivant les moments un coup de barre à gauche ou à droite.  Mais le plus important reste toujours dans notre pays, menacé dans son unité, de voir ce qui se passe en  Flandre.  La chute de la NVA est aléatoire puisqu'elle redonne un peu de couleur  au  Vlaams Belang. Pour le reste, le phénomène reste celui du yoyo francophone. Le  CD&V, ne profitant pas de la petite chute de son concurrent direct NVA, continuera son soutien au fédéral en espérant des jours meilleurs. La vraie gauche incarnée par le PVDA (PTB) stagne. En ce qui concerne le baromètre des personnalités, il est à mes yeux sans  grande importance. Force est de constater que la popularité personnelle d'un tel ou d'une telle n'influence pas les résultats globaux des partis. Les ténors restent souvent les plus médiatisés mais leur chanson ne fait guère changer l'opinion en faveur ou non de leur parti. La conclusion de ce baromètre peut  paraître désespérante. Ni le chômage grandissant et persistant, ni les restrictions des allocations d'insertion, ni le saut d'index, ni le recul de la pension, ni les dictats communautaires de la NVA, ni les cadeaux fiscaux aux multinationales et grosses fortunes, ni le rabotage des services publics ou des soins de santé, ne semblent influencer fortement les intentions de votes. Les manipulateurs de l'opinion publique ont encore de l'avenir. Les restrictions imposées au peuple, la résistance sociale et la contestation des plus conscients restent engluées dans  les intérêts individuels, les somnifères ou caramels de TF1 et RTL, les révélations anecdotiques de merde ou d'eau de rose de Sud Presse et autres canards de caniveaux médiatiques. Nabila, les mariages  ou naissances princiers, les recettes pour être sexy et performant, les résultats et buts des ballons ronds et la vie de leurs stars, continueront la matraquage des cerveaux et des petits égos.  De quoi maintenir la démocratie coca-cola et chi chiwawa. Goblet ira pavoiser au Cercle de Lorraine, Sca s'alliera en stomeling avec Kris, tandis que les courageux délégués et militants chercheront alliés à leur cause de misère.  La situation européenne et mondiale fera parfois monter une larme de compassion, une peur de guerre ou d'actes terroristes, de quoi ranimer l'émotivité éphémère et la bonne conscience. Celle qui fait verser à Télévie ou autres shows humanitaires et oublier les grandes luttes sociales. L'histoire des the voice, secret story, koh- lanta, coupes footballistiques,  flonflons de Gotha, et recettes de diners presque parfaits, laissera  les tops chefs politiques pratiquer leur recettes de patates pour le peuple et de caviar pour riches boursicoteurs. Ainsi  le premier mai de Jodoigne donnera  le parfum du muguet à la rose épinée d'un Elio en détresse, tandis que le pauvre con que je suis, assumera  et ravivera auprès des camarades la flamme de l'espoir pour une autre histoire!

09:24 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.