mik dupont UA-70672535-1

05/05/2015

La face cachée du gouvernement de droite

 

face cachée.pngImpopulaires ou populaires,  les mesures de ce gouvernement Michel sont bien plus importantes que certains ne se les imaginent. Elles contiennent la perfidie des libéraux et des nationalistes flamands.  Sous l'habit de la crise économique et de la nécessité de la rigueur budgétaire et de l'austérité se cache la volonté d'affaiblir le rôle de l'Etat et de restituer au secteur privé les activités publiques rentables.  La vague du démantèlement des mesures publiques est bien en marche.  Ce qui parait aux yeux de certains, y compris peut-être de certains mandataires de la droite, comme des recettes très pragmatiques qui auraient comme effet de voir diminuer la charge fiscale et une relance de l'emploi ne sont que le vernis vendable d'une politique qui vise à amoindrir le rôle de l'Etat dans son rôle d'organisateur de la solidarité. Sous prétexte d'un échec de son interventionnisme passé et de l'impasse budgétaire de la dette, la politique à la Michel et De Wever  réduit  pas à pas  le rôle de l'Etat. Les attaques sur les chômeurs, les coupes  dans  les soins de santé, les recommandations sur un troisième pilier des pensions, les tronches de Michel et Maggy pour soutenir le télévie ne sont que des petites avancées qui doivent amener la société civile à produire et organiser de plus en plus la solidarité. Nous courons donc tout droit vers la marchandisation de tout un secteur "non-marchand". Les attaques sur les syndicats et les mutuelles font partie de cette stratégie.  Vive les maisons de repos privées, les bons soins de santé à ceux qui peuvent se les payer via des assurances privées…  Tout en affirmant maintenir, voire consolider pour l'avenir une sécurité sociale "payable", ce gouvernement, sous la pression  ou bénédiction des exaspérés ou jaloux de certains abus, met à mal l'Etat interventionniste.  Parallèlement, sous la pression cette fois de la haute finance,  ce gouvernement laisse et favorise les mécanismes du marché libre  comme régulateur de la société, aidé en cela par un socialisme dit "réaliste" et "responsable" qui s'est aussi laissé aller à ce modèle économique et social.  Tous les discours venant des exécutifs situés aussi bien à droite qu'à gauche de l'échiquier politique traditionnel s'essayent  à défendre, de façon entêtée,  des réformes qui conduisent le pays à une inégalité croissante entre ses citoyens.  Comment faire pour que le citoyen honnête mais trompé par la  face visible des manipulateurs ou grands naïfs de la politique comprennent le véritable danger de laisser ce gouvernement en place?

 

07:40 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

merci d avoir analyse ce gouvernement avec justesse

Écrit par : gallo jeanine | 05/05/2015

La question finale du "comment faire..." est la frustration des personnes qui comme nous avons déjà compris. Nous souhaiterions posséder une baguette magique qui nous permettrait d'un simple mouvement de celle-ci de convaincre nos semblables de la manipulation manifeste dont il font l'objet au quotidien. Mais si vous vous posez la question du "comment" c'est évidemment par ce que l'exercice est bien plus compliqué que cela. Je n'ai qu'une solution à proposer, c'est communiquer, communiquer et encore communiquer comme vous le faite d'ailleurs. Les citoyens lambdas sont extrêmement sensibles aux sujets simples qui les touchent personnellement: la pension, la culture, l'enseignement, l'emploi, la santé, la justice, l'immigration, l'avenir, les enfants... et j'en passe. C'est là qu'il faut démontrer l'absurdité des mesures prises par ces politiciens naïfs ou manipulateurs comme vous le citez. Les vieux au travail et les jeunes sur le carreau, la chasse aux chômeurs et la protections des usuriers, la prolongation des carrières et la diminution des cotisations sociales, la nécessite d'une justice fiscale et la minimisation des instruments en place, la vente au privé de services publics précieux et rentables pour en contre partie des cacahuètes, le montant de la fraude sociale en rapport à la fraude fiscale, les travailleurs qui s'emploient à plusieurs boulot faute de moyens suffisants et l'augmentation du chômage....Bref, oui le "comment" est compliqué. C'est un sacerdoce de fourmi à livrer au quotidien, "le sourire au lèvre". Car, somme toute, la vie n'est-elle pas belle comme le prouve sans cesse et chaque jour qui passe entre autre le chant de nos oiseaux, le soleil qui s'éveille, les cris enjoués de nos troublions.
Reste à savoir le "pourquoi"?: moi, c'est pour mes enfants, mes petits-enfants, mes semblables du monde entier qu'ils soient blancs, noirs, rouge, violets, fluos ou transparents. Sans naïveté et sans solitude comme vous pouvez le constater car nous ne sommes pas seuls, loin de là!

Écrit par : Beaudoin | 11/05/2015

Les commentaires sont fermés.