mik dupont UA-70672535-1

22/05/2015

Petit journal d'un agnostique au monastère (4) Monachisme et communisme

monastère2.pngCertains trouveront certainement mon parallélisme osé, farfelu, voire insensé. Pourtant, ma petite élucubration du jour voudrait mettre en exergue une forme de « connivence » entre le monachisme et le communisme. La « cité » des moines (monastère) est construite sur base d’un idéal commun égalitaire. Ce qui peut nous sembler irréaliste dans notre quotidien personnel et sociétal, est ici bien établi et fonctionne. Ce qui nous parait inévitable et faisant partie de la « nature » humaine est banni : propriété personnelle, concentration de la richesse, concurrence dans le travail, corruption, héritage, etc. Il y a un sens « communiste » dans la vie du moine, tant au niveau de l’objectif que de la pratique. Sa vie est menée de façon égalitaire et sobre, y compris de celui qui est élu par ses frères pour la direction des « affaires ». Il y a bien dans un monastère une espèce de collectivisme humain, qui ne dégrade en rien la personnalité de chacun.  Sous des dehors de conservatisme, la vie monastique n’a rien de libéral. C’est l’inverse du respect de la loi et de l’ordre qui équivaut à protéger le pouvoir et la richesse. Le moine, lui, s’engage dans une vie beaucoup plus révolutionnaire dont la base est le désir COLLECTIF d’un nouveau monde de paix et de justice. Cet engagement n’est pas qu’un discours, il s’incarne dans un quotidien communautaire et égalitaire. La « vérité » monastique ne se situe pas, contrairement souvent à la cléricale, dans la particularité mais bien sous une forme « générique » de l’être. Voilà qui est bien un concept marxiste pour qui la vérité politique se situe du côté de la « généricité » et par de celui du particularisme. La vie monastique est évidemment transcendée par l’espoir de la résurrection finale, tandis que celle du communisme par l’espoir du  grand soir. A chacun ses mythes, qui ont au moins le mérite de nous conduire au-delà des besoins naturels de l’animal humain.

21:23 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.