mik dupont UA-70672535-1

05/06/2015

L'indéboulonnable Demeyer

 

demeyer10.jpgSous son apparente bonhomie et allure de bisounours , Willy Demeyer est un stratège de première. Le bourgmestre de Liège s'y connait en tractations et compromis. Après les escarmouches de ses concurrents à la présidence de la puissante fédération PS liégeoise,  il est parvenu à rester seul en liste pour continuer à la présider.  Très contesté ou envié en interne, il a pu offrir une image de rassembleur et promettre à ses amis-ennemis une direction plus collégiale que par le passé. L'équipe Demeyer est subtilement composée. Frédéric Daerden, son remuant  challenger,  a été nommé porte-parole. Les vice-présidents  sont pléthore avec à côté de Daerden, Alain  Mathot et  Isabelle Simonis. On calmera ainsi les excès de langage que pourraient parfois avoir l'un d'eux!  Daerden a beau souligner la prise en compte des sensibilités des uns et des autres, je crois peu au théâtre rassembleur qu'offrent les barons "rouges" liégeois. Le dessous des cartes doit probablement se situer dans une distribution des influences, mais surtout des mandats présents ou futurs. A côté de la popote des "grands", le besoin de récupérer les militants perdus et l'espoir d'en faire de nouveaux est bien affiché. La fédération en espère 2000 de plus. Quoi de plus normal. Je crains pourtant que cet espoir d'accroissement se base sur une tradition clientéliste, bien plus que sur un changement de façade de programme. Demeyer est un homme de réseaux, bien plus qu'un homme doté d'une véritable vision de gauche. Ce social-démocrate s'est toujours montré un opportuniste du pouvoir, bien plus qu'un véritable défenseur des valeurs socialistes.  Sa grande méfiance, voire son allergie, envers la montée du PTB dans le pays et spécialement dans sa ville démontre ses priorités politiques plus enclines à s'allier avec des thèses centristes et libérales. Il retrouve là une alliance objective avec ses collègues Mathot et Daerden, menacés dans leur fief de Seraing et Herstal par la montée régulière du PTB sur leur terrain des petits copains d'abord. Reste à savoir si les militants se laisseront prendre et encore berner par les manipulateurs pour qui l'idéal politique passe bien après les petits arrangements pour protéger leur pouvoir et les avantages qui y sont liés.  En bons caméléons des questions éthiques et politiques, les seigneurs  et fins stratèges de la principauté, continueront sans doute à confondre manipulation et influence au seul profit de leur propre intérêt. Demeyer n'est certainement pas prêt à sortir de son ambiguïté permanente.  Celui qui va être réélu a en tout cas réussit à s'imposer une nouvelle fois comme un acteur important et incontournable du pouvoir liégeois. L'amélioration de la situation de sa ville, de sa crise de logements, d'emplois, d'accroissement de la pauvreté de ses citoyens,  risque bien, elle, ne point s'améliorer.

 

09:39 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.