mik dupont UA-70672535-1

11/06/2015

Du désintérêt politique

désintéret.pngC'est un sujet sur lequel bien des analyses ont été faites. Le désintérêt de la population pour la politique n'est pas que belge, mais bien européen et de façon générale occidentale. Sans vouloir tirer à boulets rouges sur nos médias, il faut tout même au moins souligner leur rôle néfaste dans ce désintérêt. Une société où le relais d'information entre le gouvernement et la population, chaînon essentiel dans une démocratie saine est très largement aux mains de la grosse finance et des multinationales, il y a de quoi s'interroger sur le contenu de ce qu'ils nous servent. Pas de quoi non plus se passionner pour des partis qui se ressemblent sur le fond et ne font que du show sur la forme.  Mais, ne nous cachons pas, notre propre part de responsabilité.  Nous tombons facilement dans le piège de notre société de consommation, avec son individualisme outrancier.  Nous devenons, sans toujours en être conscient, soumis à nos désirs immédiats si bien desservis par toute la pub envahissant nos seulement nos écrans, mais aussi nos esprits. Arriverons-nous  peut-être un jour à un slogan politique qui dirait que je choisis un parti parce que je le vaux bien!!!!! Si internet et les réseaux sociaux offrent une nouvelle voie de communication, il faut avouer que l'information qui y est véhiculée ne sort pas du champ consumériste et individualiste. Les sujets  traités par nos amis, sans le moindre du monde les critiquer, sont bien plus d'ordre de jardinage, animaux de compagnie, cuisine, mode, …que politiques. Soit l'opinion politique est bien gardée et silencieuse, soit inexistante. A l'exception des convictions de militants n'hésitant pas à en faire part, les autres restent souvent muets sur le sujet. Autant les esprits curieux peuvent s'intéresser à des sujets qui ne sont pas nécessairement leur tasse de thé, autant ils se défilent souvent face la politique. Je peux évidemment les comprendre, tout en le regrettant amèrement car la politique fait bien partie du quotidien de chacun dont elle s'occupe largement. Le "je ne peux rien y changer" est un peu facile et semble ignorer que seule la solidarité peut faire changer les choses, politiques ou non.

07:56 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.