mik dupont UA-70672535-1

24/06/2015

Nuit blanche à la Chambre

nuit blanche.jpgQue l'opposition parlementaire obtienne des prolongations de débats concernant le recul de la pension à 67 ans ressemble bien à une victoire à la Pyrrhus. Les beaux discours pourront peut-être faire changer l'avis de certains dans la majorité mais cela ne changera leur vote de discipline. Le vainqueur de ces jouxtes restera le valet Michel qui avait proclamé, tout comme pour le saut de l'index, que le MR n'y toucherait pas. Son concubinage avec la NVA a cocufié le citoyen. Une fois de plus, nous voyons les limites du parlementarisme. Les lois ne peuvent changer que par la pression, voire la révolution, dans la rue, n'en déplaisent à certains qui croient encore à leur inutilité. Comment espérer d'un gouvernement de droite ou même social-démocrate une autre vision que celle d'un travail de plus en plus productif, ce qui est bien le cas aujourd'hui, au détriment de l'ouvrier qu'il rend de plus en plus pauvre? L'exploitation de la force du travail se concrétise une fois de plus par son prolongement jusqu'à 67 ans. Dans une économie où règne la marchandise, quoi de plus normal. La valeur de la force de travail correspond alors au temps de travail socialement nécessaire pour la reproduire. Ce gouvernement connait la recette capitaliste: on augmente la durée de travail, ce qui donne la plus-value absolue ou on diminue la valeur de la force de travail (le salaire) ce qui donne en terme pudiquement économique une plus-value relative. Ces deux manières ne sont évidemment pas exclusives l'une de l'autre. Combattre une telle conception et défendre une force de travail sur une autre valeur que le profit semble impossible. Celui qui vend sa force de travail accepte de le faire parce qu’il n’a pas d’autre choix pour subsister. Sans un changement dans la subordination économique, aucun vrai débat ne peut se faire, sinon par une force collective de résistance. Aux beaux discours et fausses polémiques entre nos élus, nous devons oser les jours noirs de grève et nos révoltes rouges.

10:13 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.