mik dupont UA-70672535-1

02/07/2015

Le terrorisme religieux

terrorisme.jpgFace au fanatisme religieux qui tue comment ne pas se poser la question de l'instrumentalisation de la religion au profit d'obscurs intérêts qui n'ont probablement pas comme base réelle la foi en Dieu? Mais, y-a-t-il donc à côté des "profiteurs", une hiérarchie de prêtes, Imane, rabbins, etc. sincères mais incultes pour véhiculer et prêcher la haine et la violence à partir de textes sacrés non interprétés? Comment ne pas constater pourtant la manière variée d'interpréter des textes "sacrés" millénaires? Comment ces fous de Dieu ne comprennent-ils pas qu'une tradition incapable d'ouvrir la porte à une nouveauté risque toujours de se confondre à une simple idéologie qui perd ses racines spirituelles? Ne confondons pas les deux. La première  prétend apporter des réponses, tandis que la "spiritualité" (l'esprit) suscite des questions. Quand la question doit faire face à un dogmatisme, il n'y a plus de liberté de pensée. Un texte utilisé pour prouver une vérité présentée comme absolue engendre vite une croyance aveugle entraînant un monde dangereux de croyances. La crédulité s'installe et l'esprit critique se meurt. Prétendre recevoir un message sans devoir l'interpréter est non seulement une illusion mais devient la source d'un fondamentalisme dangereux. C'est ce fondamentalisme qui mène à la soumission, à l'aveuglement et à la création des monstres qui tuent au nom de dieu.  Le pôle objectif, celui du texte, et le pôle subjectif, celui du lecteur, que ce soit en religion ou pas, est toujours impossible.  Fondamentalisme d'un côté et manipulation de l'autre. Seuls, encore une fois, le sens critique, l'humilité de la recherche et le refus de l'illusion d'une lumière absolue peut nous conduire sur la voie de la raison et surtout sur celle d'une humanité créatrice et tolérante. Mais tolérant ne veut pas dire accepter tout. Le "non" fait partie de ce qui est libre. Il devient une obligation quand il ne respecte pas la différence d'interprétation et se coule dans un fondamentalisme violent. Les prêcheurs de la haine, de la transcendance vengeresse et de tout message manichéen sont des tueurs, des assassins.  Il faut désarmer leur parole, les rendre muets. Ce sont eux qui enrôlent les primaires de la pensée pour en faire des bombes meurtrières. Dans une jeunesse en recherche de valeurs, il nous appartient d'en présenter d'autres et de fasciner non par la force ou je ne sais quelle transcendance, mais bien par une recherche simple qui fait admettre l'ambiguïté et la fragilité qui se logent dans tout être humain.

10:32 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.