mik dupont UA-70672535-1

04/07/2015

Le déni du PS de la lutte des classes

PS rose.pngLutte des classes. Celle qu'on croyait dépassée, obsolète est en train de renaître un peu partout en Europe. Celle que les socialistes ont depuis longtemps abandonnée doit revivre si nous voulons un véritable changement de société. Mister Magnette n'en dit point mot dans son dernier ouvrage. Illustration brillante de la mort des idées de gauche de cette sociale démocratie PS, préférant pactiser avec la classe dominante dont elle tire profits et privilèges pour des mandataires faisant leur beurre en modérant la lutte ouvrière. Comment le PS peut-il s'enfermer, sans renier ses origines combatives, dans le déni des classes sociales que sont la nouvelle bourgeoisie et une classe ouvrière et de  petits indépendants, violemment paupérisée en raison de l'exploitation de la seconde par la première qui possède le capital? Comment ne pas ouvrir les yeux sur une misère croissante résultant de cette exploitation? Comment ne s'amuser  que sur les strapontins de parlementaires qui n'ont de plaisir que de leur logorrhée, inutile au vrai combat? Comment ne point alimenter ou alors très timidement par électoralisme,  la lutte qui est le seul moyen pour la classe opprimée de s'émanciper et d'améliorer sa situation? Voyons-nous, aujourd'hui, la présence des socialistes dans les manifestations de soutien au NON de la Grèce? Pire, le président Martin Schulz, président socialiste du Parlement européen, souhaite la nomination d’un « gouvernement de technocrates » en Grèce pour en finir avec « l’ère Syriza », après une éventuelle victoire du oui au référendum de dimanche. Pitoyable PS aux discours hypocrites et à l'action embourgeoisée du sauver l'économie "réaliste" du capital.

10:36 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.