mik dupont UA-70672535-1

09/07/2015

Un grand spectacle européen

 

parl.pngIl y avait de quoi se régaler hier en regardant l'assemblée de nos parlementaires pantins européens. Pour une fois, l'hémicycle était plein. En vedette et tête d'affiche: Alexis Tsipras. Il n'aura pas loupé son texte: une vraie vision d'un changement de société. Un texte sombre énumérant les causes de la misère grecque, mais aussi celle de l'Europe: l'austérité, le chômage et la mainmise de l'oligarchie réglant l'économie et la politique. Une Grèce nécessitant bien sûr des réformes, mais pas celles imposées par le Capital. " Une  juste répartition du fardeau », avec une modernisation de l'Etat, mais aussi la lutte contre le règne des oligarchies et des cartels, ou encore contre la fraude et l’évasion fiscale", dira-t-il. Enfin, une provocation à un débat de fond. Inhabituel dans cette enceinte sclérosée d'élus trop payés pour parader.  Entrèrent alors en  scène les faux-culs de notre démocratie. Les chefs de groupe des partis ayant plus de 25 députés y vont de leur chanson. On a droit à une attaque directe, violente du PPE: " Qu'avez-vous fait pendant cinq mois? "  Vrai que 5 mois en politique c'est énorme! Qu'a-t-il  fait pendant des années ce groupe hétéroclite de partis conservateurs, chrétiens et sociaux-démocrates? Iratxe Garcia Peres (parti socialiste européen) adresse, lui,  un message de solidarité au peuple grec avant de s'adresser aux parlementaires. La pommade PS est appliquée… Le cœur saigne. On jure de ne point vouloir le grexit, avant sans doute de l'accepter parce qu'on n'aura pu faire autre chose.  Il y eût aussi celle de notre ex- premier au nom des libéraux. Celui qui nous avait promis 200.000 emplois que nous attendons toujours vocifère ses conseils. Comme par hasard, on l'entendra même prôner les bienfaits de privatisations.  Et comble de son culot, on l'entendra même aboyer avec ardeur   à "mettre un terme au système de privilèges dont jouissent certains acteurs en Grèce, comme les armateurs, l'Eglise orthodoxe, les îles grecques, et surtout la classe politique". Lui, qui siège entre autres à SOFINA (holding des financiers Boëls et  touché 130.500 euros pour à peine quatre réunions! Le grand faiseur de morale ose tout, c'est l'habitude de sa famille Michel, Reynders, De Block, De Croo et Cie. Pas un hasard d'avoir été choisi comme chef de la grande famille élargie d'Europe. Eva Joly, eurodéputée française écologiste y alla de sa voix verte et gentille pour prêcher la bonne parole de la solidarité. La Marine Le Pen en profita pour y aller de son couplet nationaliste et de la nécessité de tous sortir de l'Euro. Voilà pour le principal de cette pièce à la fois grandiose et pitoyable d'acteurs inutiles et vite transformés en spectateurs des décisions prises dans d'autres cénacles fermés au regard des citoyens. Mais le mérite de Tsipras aura été grand. Celui de foutre un grand coup de pied dans cette fourmilière de marionnettes blablateuses et honteusement inutiles.

 

08:50 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.