mik dupont UA-70672535-1

11/07/2015

Vers une nouvelle guerre déclarée de l'Allemagne?

merkel25.pngElle était belle et grande la vision d'une Europe unie où plus jamais ses pays ne se feraient la guerre. Les pères fondateurs doivent se retourner dans leur tombe. Cette Allemagne à qui l'Europe avait supprimé ses dettes, fière de la fausse réussite de son économie sort à nouveaux ses armes. Ce ne sont plus des tanks, des avions et bateaux de combats, mais c'est peut être pire car l'arme économique tue des peuples par leur actuelle misère ou en passe de l'être. Les soldats de la misère se suicident. Les pensionnés n'ont plus à bouffer, l'ouvrier condamné à gagner sa croute pour un salaire de misère crient leur colère avant peut-être une révolte plus violente. Le faucon a rendu son bec meurtrier pour protéger son nid des euros à protéger pour sa progéniture de quelques nantis capitalistes. Aux petites moustaches du dictateur et de la terreur succèdent les gros seins d'une femme, qui ayant pourtant connu le rideau de fer, en reconstruit un par un tressé de  monnaie volée dans la poche des gens du peuple. L'Allemagne s'alliant à d'autres Etats nationalistes guidés par des partis eurosceptiques, va signer la mort de l'Europe. Ce n'est pas seulement l'union bancaire qui va sauter, ce qui ne serait qu'un demi-mal, mais c'est aussi une union politique que nous espérions sociale et qui depuis des décennies n'a été que celle du capital et de la finance. Celle-là, nous n'en voulons plus. Tsipras et le peuple grec auront été les précurseurs d'une révolte latente au cœur des peuples à qui cette Europe n'a cessé d'imposer l'austérité pour eux et la prospérité pour les fortunés. Terrasser les faucons ne sera pas chose aisée. Nous ne pourrons y arriver que par notre solidarité car nous sommes les plus nombreux. Ne croyons pas que la grande majorité des allemands soient pour ce que tisse la Merkel sur le métier de l'Europe dorée. Le grexit peut casser le passage de la trame que veut imposer la chancelière boursière. Merkel ne réussira pas son pari de remettre en Grèce, comme ailleurs, un régime de colonels. Nous y résisterons et percerons le bunker des Junger et autres oligarques du système bancaire.  

23:52 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.