mik dupont UA-70672535-1

11/07/2015

Vivre par procuration

procuration.pngLes " anciens" se souviennent certainement de la chanson de Goldman: ""elle met du vieux pain sur son balcon  pour attirer les oiseaux les pigeons.  Elle vit sa vie par procuration  devant son poste de télévision". A voir aujourd'hui le succès de l'ensemble des médias peoples qui exposent en permanence la vie des "grands", des "stars", nous pouvons nous poser la question si ce fait ne relève pas de la banalité ou de la misère toujours plus grande que les gens, du moins en grande majorité, vivent. Leur quotidien apparait-il  tellement insignifiant pour qu'ils préfèrent se contenter de regarder celles d'autres qui en apparence leur paraissent intéressantes, merveilleuses, absentes de leurs principaux soucis?  Qui ne fait rien de sa vie, vit en isolement, en individualisme, aurait-il  l'impression d'en avoir une à travers la vie des autres? Rêver de la vie des stars dans les magazines et émissions TV, s'apprécier au nombre de" like" sur sa photo FB, tout en trouvant ennuyeuse sa vie en se contentant de rêver celle d'un ou autre semble plus que jamais devenu un mode de fonctionnement de notre société de consommation. Le pire comme dit la chanson, c'est que cela peut finir par paraître normal. Nous sommes matraqués par des émissions guidées et financées par le monde de la finance. L'art d'offrir ainsi un  lubrifiant social capable de calmer la révolte des injustices distributives en offrant par substitution le rêve de la fortune, de la célébrité, n'est pas un hasard. De plus, se demander ce qui se passe entre Brad et Angelina; nous révéler ce jour pourquoi Charlène de Monaco  a pleuré à son mariage et autres "grands" évènements du genre ramollissent bien les cerveaux! Savoir qui couche avec qui, qui est en colère contre qui, qui trompe qui, etc., sont des ingrédients qui, non seulement rapportent, mais incitent à s'identifier positivement ou négativement. Le désir d’ascension sociale se fonde  alors dans une projection illusoire individualiste et le déni de l'action collective. Nous avons tous notre part de responsabilité dans cette manipulation. Disons-nous assez à nos proches, à nos voisins, à celles et ceux que nous aimons et qui nous entourent combien ils sont uniques et plein de richesses. Que faisons-nous pour les sortir de la non-estime d'eux-mêmes? Que faisons-nous pour réduire leur vie de procuration et pour les entraîner dans des aventures communes où elles pourront tisser des liens intéressants et enrichissants?

07:46 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.