mik dupont UA-70672535-1

30/07/2015

La tolérance à géométrie variable

religion 4.pngJe les entends les arguments qui visent à exclure la communauté arabe de chez nous. Respect de la loi, connaissance de la langue, des coutumes, rejet des mosquées, des horaires de piscines pour femmes....etc....Un peu d'objectivité svp! Qui dit que la loi du pays n'est pas respectée? La loi n'oblige pas à manger du porc, à être végétarien, etc.  L'article 181 de la Constitution belge dispose que l'État octroie un salaire et des retraites aux ministres du culte et aux délégués des organisations non-confessionnelles reconnues par la loi, dont l'Islam qui est reconnu au même titre que le catholicisme, le protestantisme, les orthodoxes, la religion juive et même les bouddhistes demandent aujourd'hui cette reconnaissance. . Il est normal, certes, d'apprendre la langue du pays. Connaissez-vous bien le néerlandais, l'allemand?  Moi, pas, comme beaucoup d'autres!  !  Et que dire des autres exemples donnés? Les congés spécifiques  sont basés sur des fêtes religieuses cathos que les laïcs doivent pourtant accepter. Pour les piscines, j'en connais qui n'ouvrent à certains moments que pour les séniors. Des salles de fitness qui n'ouvrent que pour les femmes certaines heures. Des services clubs comme Rotary, Kiwanis, etc. qui ne sont réservés qu'aux hommes. Nous avons un enseignement catholique. Il y a des écoles juives et d'autres confessions. Notamment  Beth Aviv  à Bruxelles où je lis " une école juive où sont enseignés l’'hébreu, la culture et l'’histoire de notre communauté". Non, non, à travers les dites raisons, se cachent consciemment ou pas une attaque bien spécifique vers une seule religion et une seule communauté. En Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), tout parent peut, en vertu du Pacte scolaire de 1959, choisir le type d’éducation qu’il souhaite voir dispenser à son enfant. Afin de respecter ce libre choix des familles, on distinguera d’une part des écoles et des Pouvoirs organisateurs (PO) qui organisent un enseignement inspiré d’une confession particulière et d’autre part, des écoles dont le PO ne se réclame d’aucune confession. Pour ce qui concerne les autres écoles libres confessionnelles, on dénombre, au niveau du fondamental (maternel et primaire), trois écoles islamiques qui scolarisent en tout 698 élèves (Al-Ghazali à Etterbeek; La Vertu à Schaerbeek et La Plume à Molenbeek); trois écoles israélites, fréquentées par 689 élèves (l’Athénée Maïmonide à Anderlecht; Beth Aviv à Forest et l’Athénée Ganenou à Uccle); et cinq écoles protestantes, qui comptent 867 élèves (L’Alliance à Monceau-sur-Sambre; Les Tournesols à Anderlecht; Les Cèdres à Wasmes; L’Arche à Mouscron et Les Perles à Marcinelle). Crie-t-on à la non-intégration les hommes qui se baladent en  kippa? Etc. etc.  Ah, notre fameuse tolérance! Elle est bien à l'évidence à géométrie variable. Osons alors simplement dire que l'Islam avec le terrorisme qui y est lié et pourtant rejeté et vu comme une trahison de cette religion par la toute grande majorité des musulmans nous fait peur. Cette peur qui aveugle et nous fait regarder le monde par le petit bout de la lorgnette. Cette peur si bien exploitée par ceux qui en tirent profit. Cette peur de perdre une culture par les gens qui en ont le moins. Cette peur réveillant une identité nationale  et la défiance irréductible à l’égard des étrangers et plus spécifiquement des arabes. Attention. Ce n’est pas un hasard si cette peur se réveille dans un contexte de crise économique, comme en 1929, quand la diabolisation des étrangers a conduit au fascisme et au nazisme…Attention. Le rejet vient de ceux qui ne veulent pas être dérangés par une religion qui leur fait peur. Le risque, c’est que ce « non » favorise la victimisation et le sentiment d’exclusion, qui font le lit des extrémismes. Plus on réprime, plus on rejette, et plus on crée du communautarisme, qui, à son tour, engendre violence et rejet. Je continuerai donc à me battre, comme un lion, pour le vivre ensemble et dans le respect de la culture de chacun.

09:08 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/07/2015

Un CD&V déboussolé

cdnv.jpgNous avons toujours eu l'habitude de voir les partis chrétiens, même rebaptisés humanistes, osciller en permanence entre la gauche et la droite.  Habitué du pouvoir, avec durant des décennies  un premier issu du parti, le CD&V se retrouve aujourd'hui piégé par une NVA devenue maître du jeu.  Obligé d'avaler les couleuvres sociales de ses partenaires ennemis, le parti de Kris Peeters risque bien de perdre son allié important de la CSC flamande ( ACV).  Mais jusque à quand?  Si un gouvernement tombe rarement par la simple pression de la rue, cette pression a pour effet indirect de créer et d'augmenter  les tensions entre les partis au pouvoir. La force de la rue fait  craindre la perte d'un électorat. C'est donc elle qui indirectement a souvent fait chuter des gouvernements ou a obligé ceux-ci à modifier le cap de leur politique. Nul doute sur l'automne chaud que nous allons connaître sur le plan social. Manifestations et grèves sont en préparation. Les mesures prises par notre gouvernement pour équilibrer un budget sur le dos de la classe ouvrière en épargnant un maximum les gros patrons et les détenteurs du capital auront un impact certain et premier sur le CD&V. Difficile de pronostiquer s'il ira jusqu'à la rupture de l'alliance gouvernementale  par ce  parti. Les beaux jours connus avec un PS qui ne parvient pas à se refaire une santé dans l'opposition et n'est donc point presser de retourner aux urnes complique encore la tâche du parti flamand qui ne voit pas également  sa cote électorale augmenter. Prisonnier dans ses contradictions, le CD&V est donc dans l'expectative de voir comment se libérer des chaines auxquelles il s'est lui-même attaché. N'ayant pu entrainer son allié CDH dans la galère, il se retrouve bien seul. C'est pourtant lui qui détient en premier la clé pour faire tomber ce gouvernement  antisocial. J'ose espérer que le succès de ce qui se passera dans la rue avec la gauche radicale et les organisations syndicales parviendra à ce que ce parti provoque une crise gouvernementale interne qui le fera chuter.

10:36 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/07/2015

Apprendre à jeter un autre regard sur le voile

 

femme voilée.jpgJ'avoue qu'il m'a fallu du temps et un certain combat sur moi-même pour sortir des préjugés sur le port du voile par les femmes musulmanes. L'image de soumission de ces femmes fait tellement partie de nos préjugés véhiculés populairement  et parfois politiquement (récupération électoraliste aussi bien par les "pour" que les "contre"). L'inculture sur la signification et le symbole de ce voile est grande. Que penser vraiment de notre quasi obsession de vouloir faire retirer le voile? En s'informant quelque peu, nous apprendrons  pourtant que ces femmes elles-mêmes, comprennent mal  pourquoi le foulard, hijab, qui  constituent pour elles, en premier,   un acte de pudeur soulève tant d'aversions. Pourquoi ne pas admettre que cette pudeur peut être vue comme différente selon les cultures? Faut-il nécessairement voir dans le voile "simple" la manifestation d'un islam prosélyte, ou simplement un type d'habillement que notre société, pourtant  devenue culturellement composite, devrait interdire en son sein ? Si nous ne devons pas dissimuler que l’islam considère notre civilisation occidentale comme inférieure à la civilisation musulmane au plan des valeurs, nous ne devons pas non plus ignorer que souvent nous considérons aussi la nôtre comme supérieure à la leur!  Cet esprit de supériorité est sans aucun doute la pire des visions. C'est celui qui prend prétexte pour mener de part et d'autre les terribles guerres pseudo- coloniales ou  pseudo-religieuses que nous avons connues et connaissons encore aujourd'hui.  Se braquer sur cette vision ne peut créer aucun dialogue. Plutôt d'ailleurs de croire nos valeurs supérieures à ces "pauvres femmes soumises et oppressées", ne  ferions-nous pas mieux  de nous pencher sur toutes les inégalités qui subsistent encore aujourd’hui  pour les femmes européennes? Sous prétexte de nos avancées sur l'égalité entre sexes, allons-nous, à l'image des "femens" ( au juste combat) exiger que toutes femmes occidentales sortent seins nus? Oublions-nous aussi que le hijab  existe encore dans des communautés non musulmanes et semble alors nous poser moins de "problèmes"? Sans la naïveté du " tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil", apprenons au moins de faire la distinction entre intégrisme, sectarisme et simple coutume. Ne défendons-nous pas haut et fort nos traditions de Noël chrétien, alors que nous n'avons rien à foutre de la religion catho?   Allons-nous interdire à nos religieuses et nones de sortir voilées et crier au scandale leur  choix de soumission à Dieu? Je veux bien que les carmélites, prisonnières derrières des grilles de couvents, soient devenues une "espèce" rare; que nos religieuses des pauvres à grandes cornettes blanches ne se voit plus que dans "la grande vadrouille", et pourtant elles étaient majoritairement respectées! Arrêtons donc de nous faire l'avocat de nos seules valeurs. Arrêtons-nous seulement  à celles transcrites dans la Charte des Droits et Libertés, si souvent  bafouées chez nous et dans le monde.  Sans laxisme, mais aussi sans peur de la différence, tentons au moins un autre regard, éclairé et tolérant, sur ce voile tant stigmatisé, caricaturé et objet d'une peur  souvent injustifiée ou d'un rejet par préjugé.  

 

08:02 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/07/2015

Agression à Reims pour tenue en maillot de bain

 

Jmaillot.pnge ne sais plus qui disait que le cul et les écus dirigent le monde.  Pour ce qui est des écus, je n'en ai jamais douté. J'étais plus sceptique pour le cul! Je ne sais encore s' il dirige vraiment le monde, mais en tout cas, le dernier exemple du buzz que fait cette agression dans un parc à Reins d'une jeune femme, rapportée ce samedi par la presse locale, par un groupe de jeunes femmes qui ne supportaient pas de  voir une autre en maillot de bain, prouve par son avalanche de visions et de commentaires que le cul fait toujours recette et pas seulement dans le porno! Que l'agression  suscite une réprobation légitime, voilà qui est bien normal. Que cela fasse un tel foin médiatique est plus inquiétant. Plus inquiétant encore le fait de conclusions hâtives sur les éventuelles motivations religieuses de l'agression, alors que l'enquête était en train seulement de se faire. Intolérable donc de stigmatiser une communauté ou une autre pour un acte commis par quelques-unes sans même connaitre le fond de cette affaire. Toujours cet émotionnel brisant le recul nécessaire à la vérité. Ou pire encore une récupération politicienne et raciste. Selon d'ailleurs  les derniers éléments de l'enquête, ni la victime, ni les auteurs présumés des faits n'ont fait état d'un mobile religieux ou moral qui expliquerait l'altercation. De plus, il n'y a pas eu mort de femme, (la jeune victime s'en est tirée avec quatre jours d'incapacité de travail), ce qui ne pardonne pas l'acte mais oblige cependant à le relativiser. Faire d'une femme en maillot dans un parc public mérite-t-il tout un débat moral? Faire de cette affaire de fesses un peu dévoilées la une des médias et réseaux sociaux est inquiétant par rapport à des enjeux de société nettement plus importants que l'autorisation ou non, de la pudeur ou impudeur de fesses à l'air. Pour ma part, je n'y vois qu'un simple fait divers malheureux qui n'aurait jamais dû quitter son signalement dans une presse locale. Consciemment ou non, celles et ceux qui veulent en faire une grosse "affaire" ont dans la tête des intentions morales ou religieuses. Gardons raison et trouvons ailleurs les bases d'un vrai débat éthique, y compris de cultures différentes sur la perception du corps de la femme.

 

00:05 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/07/2015

L'après Charlie Hebdo

 

charlie.pngEn revoyant hier le best-off de "on n'est pas encore couché" et l'émotion réelle du docteur Pelloux, je me disais que le climat émotionnel de ce drame semble bien loin. Que penser des crises à répétition qu'a subies cet hebdomadaire? Que dire et penser de tous ses collaborateurs et amis, encore traumatisés, et qui après l'élan de solidarité tentent, plus ou moins bien, une douloureuse reconstruction? Qui croire dans toutes les rumeurs, parfois immondes, de la destination des  4,3 millions de dons reçus? Bien au-delà de ce drame que certaines victimes vivent encore dans leur chair, la question qui devrait nous intéresser, me semble-t-il, est  celle de cette fameuse liberté d'expression. Devenue victime d'un horrible terrorisme armé et meurtrier, n'oublions-nous pas cette autre forme de "terrorisme" plus caché et plus subtil qu'est celui, habilement imposé, de la pensée unique ? L'affaire des "guignols de l'info" me fait dire que si la satire reste en danger, elle n'est pas la seule. Celles et ceux-là même qui, au premier rang de l'inoubliable manifestation populaire du "je suis Charlie", se disaient grands défenseurs de la liberté d'expression, continuent à maintenir sur elle une censure discrète, mais réelle. Ce qui fait rire est probablement moins condamné que ce qui ne le  fait pas. Une presse alternative à la pensée unique, sans être explicitement condamnée ou censurée, ne jouit toujours pas d'une fenêtre grande ouverte du côté des médias tant privés que publics. La pensée néo-libérale reste la plus largement diffusée. L'autocensure des journalistes reste bien ancrée et évite ainsi d'être définie et révélée comme  un moyen de pression venant directement de leurs employeurs. Où voir une pression quand une présentatrice de JT fait la part belle à un premier ministre dont elle fut conseillère en communication de son père? La caricature que véhicule des magazines comme Charlie Hebdo et ses apparentés, comme le Canard enchaîné ou autres, dérangent certainement moins le monde politique que celle, moins caricaturale,  émanant d'une presse ou de médias pouvant briser un peu le monopole capitaliste et ses chiens de garde bien dressés et bien alimentés. L'esprit Charlie n'a sans doute été qu'une éphémère émotion, vite oubliée. La dite liberté de presse et d'expression dans nos pays dits démocratiques est bien plus cadenassée qu'en apparence. L'influence des annonceurs et publicités, la concentration économique, l'intimidation managériale ou le copinage sont devenus des armes douces qui tuent quotidiennement l'esprit critique et révolutionnaire. A côté d'une presse et de médias pseudo-populistes et nauséabonds prêts à tout pour vendre, les dits plus sérieux véhiculent une autre forme de la marchandisation de l'information. Celle  dictée par la concentration économique d'un libéralisme où la liberté n'est plus que prétexte à soumission à la loi du libre marché.  

 

09:31 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/07/2015

Le rationalisme à la Michel

mich1.jpgAinsi notre premier à l'outrecuidance de nous considérer comme cons  car nous ne comprendrions rien à sa rationalité de gouvernance. Ceux qui s'opposent à sa politique sont des hystériques ou des caricaturistes. Il travaille, lui, à long terme pour assurer la pérennité de la sécurité sociale. Parce que lui "il ose". Et là, il a raison. Il ose nous faire croire que la protection du capital est bénéfique  à un système économique équitable. Le refrain bien connu du " on ne bâtit pas un paradis social sur un désert économique" est une fois plus chanté avec des couplets à peine réécrits. Mais c'est justement et rationnellement que nous constatons le maintien d'un désert où la droite laisse quelques gourdes d'eau sur le chemin désertique des nomades travailleurs qui doivent ouvrir la voie qui conduit à l'oasis réservé à quelques nantis. Le grand justicier Michel, grand pourfendeur de la fraude fiscale, vient même d'annoncer que "les grands fraudeurs n'auraient plus de droit de vote"! Voilà qui ne lui fera pas perdre beaucoup de voix. En effet, les plus grands, eux, on leur offre ce droit par naturalisation, avec les décorations remises par Reynders et la note de frais par De Decker! Je ne sais où trouver la rationalité dans " l'acte fort contre la grande fraude fiscale" annoncée avec grand sérieux par notre Charlot pour sa mesure de pacotille citoyenne. Est-il aussi rationnel de céder à la symbolique plutôt que de s'attaquer aux réalités de la chose? Est-il donc rationnel de promettre des choses fondamentales avant élections et de les trahir à peine arrivé au pouvoir? Où est la rationalité de vouloir l'unité d'un pays en s'alliant avec ses séparatistes? Un petit traité pour les nuls de la raison vous ferait le plus grand  bien. Vous confondez aisément rationalité et opportunisme politique. Vous caricaturez la raison par un cynisme, peut-être intelligent, mais qui ne peut mener qu'à la révolte de celles et de ceux qui ont, eux, l'intelligence du cœur qui donne raison à la lutte de l'injustice distributive que vous établissez en vous drapant de la fausse toge de la vertu politicarde. Vos plaidoyers à la barre du parlement et des médias sonnent faux pour qui sait  employer sa raison pour vouloir autre chose que vos palabres mensongères pour la défense bien cachée des intérêts d'un patronat , de banquiers et de voleurs spéculateurs.

08:58 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

24/07/2015

L'art de nous prendre pour des cons

Photo de MR - Mouvement Réformateur.

 

La pub MR dépasse l'entendement. Avec 100 euros en plus par mois (pour les bas et moyens salaires), ce qui n'est pas encore certain puisque une suppression de la tranche d’imposition de 30 % ne ferait gagner mensuellement au travailleur qu’une quinzaine d’euros par mois, je crains que l'affiche MR soit celle d'un minable hôtel qu'on fait miroiter comme bien étoilé. Est-ce avec cette très grosse augmentation que nous allons pouvoir partir en vacances avec des chapeaux de la marque " Princess' Mathil' " et des RayBan! Faut vraiment nous prendre pour des cons. Mais vrai que le chômeur retrouverait sans doute le moyen de partir au soleil avec un emploi retrouvé. Sauf que la fameuse diminution sur les charges patronales n'a jamais été, hors discours, source de création d'emplois. Des experts indépendants estiment que les baisses de charges enrichissent davantage les actionnaires qu’elles ne créent de l’emploi Cadeau donc au citoyen actionnaire en prélevant des moyens au citoyen ordinaire. Michel ne cite d'ailleurs aucun chiffre. Et Jan Jambon, pourtant très à droite, espère simplement que les employeurs joueront le jeu! On ne touche pas aux grosses fortunes. Par contre, on ampute fameusement la sécurité sociale. Les jeunes chômeurs  voient s’accélérer la dégressivité de leurs allocations. On décourage les candidats à la prépension. Nous sommes très loin de l'affiche idyllique que sort le mouvement des menteurs.  

 

08:19 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/07/2015

L'eurêka du budget

budget.jpgNotre gouvernement va donc dévoiler son accord budgétaire. Point besoin d'attendre sa conférence de presse pour deviner les mesures. "Barre à droite toute". La TVA sur l'électricité, petite bataille gagnée par la gauche sous Di Rupo, va retrouver son taux de 21 au lieu de 6%. Il valait mieux toucher les consommateurs que de toucher au juteux marché d'une l'électricité passée au secteur privé. Le privilège de remplir les poches de ses actionnaires est sauvegardé. Ceux-ci  et leurs apparentés n'ont pas à se faire de bille. Pas de taxe des millionnaires, pas de taxe sur la fortune. Nos édiles ont simplement trouvé une petit impôt supplémentaire sur ceux qui voudrait s'enrichir trop vite par des plus-values trop rapide. On ralentit le casino, mais la salle de jeux est bien protégée et reste largement ouverte. On promet juste de surveiller un peu plus celles de paradis étrangers.  Pour ceux qui n'ont pas les moyens de jouer, vous et moi, on diminuera leur taxation. Miracle! Pardon mirage, car nous allons gagner des cacahouètes. Rendez-vous compte, les petits et moyens revenus, grâce à la modification des tranches d'imposition à l'IPP,  vont gagner 100€ par an ( dixit le généreux Rynders)! De quoi donc "rebooster" la consommation! Par contre, au nom de la très sainte compétitivité, les patrons vont voir leurs charges diminuer par la réduction des cotisations sociales de 33 à 25 %. Mais pas de souci à se faire, nos ministres vont veiller à notre meilleure santé. Les accises sur le diesel, le tabac, les sodas, l’alcool, seront augmentées. Cette écologie est bon prétexte pour vider  encore un peu plus le fric des petites poches. Eurêka, le gouvernement a ainsi trouvé le moyen de relancer l'emploi, dans le pur style de ce crétin de Verhofstadt qui nous en avait promis 200.000 qu'on attend toujours. Idem pour  les promesses jamais tenue de la gauche de Di Rupo appliquant les mauvaises recettes de Reynders. Pour nous faire encore mieux avaler ses recettes immondes, injustes, rien de tel que de les annoncer en période de nos vacances. On s'assure ainsi du silence des citoyens. Et pour ne rien gâcher au faux  jeu démocratique du parlementarisme, on fera voter, au pas de charge,  la potion magique qui tue les gens du bas peuple et offre soleil garanti aux nantis. Et dès la rentrée, on veillera à maintenir le sommeil du peuple, par les feuilletons de plus belle la vie, de l'amour dans le pré, de top chef et des rêves par procuration du Lotto  ou par la vie de celles et ceux dont la peopolisation fait le buzz dans les chaumières. La boucle est bien bouclée. Serrez vos ceintures.

09:28 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/07/2015

Juncker la peur ou la terreur

juncker.pngUne fois de plus, ce président prétentieux et creux ose utiliser les formules les plus nuls, toxiques et dangereuses pour qualifier la cause "règlement" de la crise grecque. L'ancien premier ministre de la fraude fiscale du Grand-Duché, mis à la tête de la Commission européenne par les lobbys financier ose prendre la peur comme argument qui aurait abouti à trouver la sortie du tunnel des négociations. Peur partagée par toutes les parties négociantes. Mais quelle peur? Celle, sans doute pour lui et ses alliés d'une Europe menacée par la montée des gauches radicales. Mais cet égoïste capitaliste ose tout, allant jusqu'à craindre une rupture des solidarités. Quelles solidarités? Celle qui évidemment unit les puissants. Et d'en remettre une couche, car pour la droite plus on triche, mieux ça marche.  Juncker déclare: " La construction européenne, née de la volonté des peuples, est devenue un projet d’élite, ce qui explique le fossé entre les opinions publiques et l’action européenne". Son sens de l'histoire est pour le moins bizarre. Quelle volonté des peuples? Elle n'a jamais été que celle d'une élite. Elle a renforcé au cours de son existence l'asservissement des peuples aux lois du libre-marché. Devenue un copier-coller du modèle américain, elle   a élargi la chasse gardée des multinationales. Le cynisme de cet homme et de ses "collègues" est ahurissant. Comment admettre plus longtemps les leçons de ce spécialiste mondial incontesté de l’évasion fiscale ! Cet homme, on l'oublie trop vite, qui fut au centre d’un scandale fiscal impliquant 340 multinationales. Quelle peur a eu cet homme? Et pour la vaincre quelle terreur a-t-il employée pour une Grèce qu'il ose encore prétendre non-humiliée? De cette Europe, nous n'en voulons pas. Elle n'a rien d'une Europe des peuples. Ce n'est point d'une Europe du capital que nous voulons, c'est d'une Europe sociale, basée sur la solidarité des travailleurs, que nous voulons. Ces travailleurs qu'elle ne cesse de diviser par l'incitation à la compétitivité. Pour construite cette Europe, nous avons besoin d'autres outils que ceux de parlements fantoches et de bidules institutionnels. Nous avons besoin d'une force représentative de la classe ouvrière plutôt que cette armée de technocrates s'alimentant  au "camembert" du Berlaymont.

09:03 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/07/2015

Te Deum à Liège

delville.jpgJ'avoue assister depuis quelques années au Te Deum à la cathédrale de Liège, bien plus par curiosité et observation que par conviction. Lors de l'épiscopat d'Aloys Jousten, je m'y sentais plus à l'aise que sous celui, encore, nouveau de Jean-Pierre Delville. Le précédent évêque avait toujours un mot d'accueil envers croyants et non- croyants présents. Le cérémonial était bien plus œcuménique avec la présence de représentants d'autres cultes. Il était aussi plus simple. Le nouveau " Monseigneur" aime de toute évidence arboré mitre et crosse et présider la cérémonie depuis son "trône". Son discours du jour a évoqué longuement l'encyclique "écologique" du pape François. Envie de devenir archevêque?  Bref, un Te Deum entièrement et exclusivement catho, où on se demande ce que viennent y faire les autorités laïques. Une preuve aussi que nous sommes toujours bien dans une confusion totale de la séparation de pouvoir entre Eglise et Etat. Mais voilà, nous sommes aussi dans le surréalisme belge. Les incohérences en font partie. Je ne sais comment nos ministres NVA peuvent chanter la brabançonne avec le " Nous le jurons, tous, tu vivras! Tu vivras toujours grande et belle et ton INVINSIBLE unité aura pour devise ETERNELLE: le Roi, la Loi, la Liberté"! Alors pourquoi pas voir Demeyer, Marcourt et autres compagnons maçons chanter " Nous te louons, toi notre Dieu, nous te reconnaissons comme Seigneur"! Oh sacré bordel que notre Belgique…

12:39 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |