mik dupont UA-70672535-1

09/08/2015

Les cafés d'antan

café sport.jpgSans être un grand nostalgique du passé, je regrette parfois le temps où les cafés étaient vraiment des lieux de rencontres, de partages, de jeux et de convivialité. Autour du jeu de cartes, de celui des boules, du Kicker, on s'y amusait ou y traitait quelques affaires. On y discutait aussi. A côté des pompes à bière, certaines associations diverses  y occupaient même un local pour y tenir ses séances. Il avait aussi les meetings, les conférences, les assemblées pour délibérer sur les actes publics. C’est là que se complotaient même parfois la ruine ou le triomphe de certains hommes politiques. A côté des sociétés  de pêche, de colombophiles,  cyclistes, supporters foot, etc….se faisaient aussi entendre les oracles doctrinaires des socialo, des libéraux ou des calotins. Nos cafés d'aujourd'hui sont devenus bien tristes. Chacun y  va dans son coin tapoter sur son smart phone. Le wifi est plus important que l'ambiance. Rendez-vous des attristés de vie, bien plus que des engagés joyeux ou râleurs d'objectifs communautaires, ils sont aussi, pour certains, devenus des rendez-vous de "pougins " ou de snobs venant pour les uns noyer leur misère et pour les autres se pavaner en Guest, Dior ou Valentino!  Ce qui devait être un lieu réel de plaisir ou de défense d'intérêts communs n'est plus qu'une gargote plus ou moins " chic" où viennent s'asseoir ceux et celles qui cherchent à tromper leur solitude. Le  rôle essentiel des cafés, que ce soit en matière de lien social, de développement économique ou d'attractivité touristique, a bien changé. Je ne suis pas certain qu'il suffit de rénover le décor de nos cafés à l'ancienne avec bois, zing, carrelage, etc.  ou plus contemporain, avec design épuré, lounge etc. , pour retrouver ce qui compte bien plus que le look: l'ambiance, les échanges, le contact. Mais suis-je certainement trop rêveur en souhaitant, comme il n'y pas encore trop longtemps, des cafés semblables à de vrais agoras et qui apportaient une âme à un quartier? Il y en a  et il s'en crée encore et qui, heureusement, semblent mieux résister que d'autres. Pour faire face à l'adversité, nombre de débits de boissons ont intégré la restauration dans leur activité.  De l'offre de la petite brasserie, ils proposent en plus un plat du jour, voire une offre le midi un peu plus étoffée. A Liège, j'en connais quelques-uns et ça marche ( Le Sauvenière, le Pot au lait, le Building, etc.). Mais à côté de ceux-ci, existent aussi les cafés "branchés" que l'on fréquente, selon les cas, pour voir ou pour être vu, et j'en connais aussi (je ne les citerai pas…). Tout espoir, nostalgique ou pas, n'est donc point encore perdu. La fonction de lien social des cafés n'a pas disparu, même si elle a perdu au fil du temps de son importance. Comme nous sommes au temps des vacances, vous serez certainement d'accord avec moi, pour dire que comme touristes, nous recherchons souvent, dans nos voyages,  le petit café du coin  qui nous donne le sentiment de vivre le pays, la ville, la campagne, de l'intérieur, parce que nous nous y retrouvons au même titre que les habitués non touristes…

22:31 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.