mik dupont UA-70672535-1

11/09/2015

Les symboles du pouvoir

versailles.jpgEn regardant ce soir le film présenté sur la RTBF "Versailles: rois, princesses et présidents", je n'ai pu m'empêcher d'éprouver un dégoût pour ce qui demeure pourtant aux yeux de certains comme fascinant, incontournable et "normal"… Ne pouvons-nous rêver d'une autre représentation du pouvoir que celle de monarchies obsolètes qui, même transformées en républiques, utilisent encore et toujours des fastes de palais qui ne représentent en rien la démocratie supposée établie par un parlementarisme restant majoritairement élitiste. Gouverner doit-il encore être synonyme de parader! Le pouvoir doit-il encore avoir  besoin de symboles et d'images de luxe?  Si nous ne sommes plus à l'époque du roi soleil et de Versailles, nous constatons une continuité dans des cérémoniales plus ou moins fastueux  du pouvoir. Cérémonial exercé dans des lieux de prestige qui n'offrent comme intérêt que celui d'une riche conservation patrimoniale témoignant de l'oppression du peuple au profit d'une classe privilégiée. Tant le pouvoir politique que religieux a-t-il donc encore besoin de s'affirmer par des rites et lieux ancestraux élaborés pour impressionner le peuple et l'entretenir dans des rêves de parvenus par la naissance, par le fric, ou  encore par des mandats publics? La grandeur d'un pays se mesure-t-elle donc encore et toujours à l'apparat réservé à ses hôtes? Comment adhérer aux déclarations habiles des éminences proclamant les palais anciens comme des maisons appartenant au peuple, alors qu'ils n'en restent pas moins réservés à l'usage de privilégiés dit "locataires" dont le montant de location reste payé par le peuple qui ne peut, et encore, que les visiter et qui plus est en payant encore souvent l'entrée?    Avouons bien simplement que  tous les protocoles plus ou moins fastueux du pouvoir  ne sont pas l'apanage d'un pouvoir de "droite". Ils ont été et sont toujours autant utilisés par des pouvoirs de "gauche", y compris dans des pays communistes. Les graves problèmes de la misère du monde trouvent-ils meilleures solutions pendant ou après des diners de gala dans des lieux ne méritant que d'être des musées d'une histoire anti-démocratique? La magnificence de ces sites et des protocoles y régnant ne peut que favoriser des mises en scène d'acteurs nobles ou roturiers courtisans et parvenus qui risquent de s'identifier à des personnages immondes, tyranniques, cyniques, qui ont entrainé le peuple dans une histoire qu'il ne souhaitait pas. Il est temps de changer de liturgie et de mettre en avant d'autres grandeurs.

23:12 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.