mik dupont UA-70672535-1

13/09/2015

Les élections grecques de dimanche prochain

 

varoufakis.jpgLes élections grecques de dimanche ne serviront pas à grand-chose. Le résultat du scrutin, quel qu'il soit, est déjà connu. Les élus n'appartiennent pas au pays. Ils ont déjà été élus  par la Troïka. Ce sont les experts larbins des banques, soutenus par nos dirigeants européens. Yanis Varoufakis a raison lorsqu'il déclare que le nouveau gouvernement issu des urnes n'aura rien à gouverner puisque le mémorandum de la Troïka, signé par Tsipras, dicte et impose déjà les réformes présentes et à venir. Une fois de plus, nous constatons qu'une politique parlementaire n'est qu'un jeu de dupes et qu'elle n'est en rien représentative d'une volonté du peuple. Le référendum grecque et son oxi  avec 61,31% n'aura servi à rien. Le colonialisme financier l'a balayé d'un seul revers. Les seigneurs ne voulaient pas un gouvernement de gauche capable de toucher à leurs intérêts. Mais s'ils ont gagné une manche, suivie probablement de celle de dimanche, ce n'est pourtant pas le temps de la résignation. Ces élections ne couvriront qu'un temps le volcan qui finira par cracher le feu de la misère imposée par l'austérité pour les producteurs de richesses et le "in the Pocket" pour les banques et leurs alliés politiques ou financiers.  Notre élan solidaire avec le peuple grec ne peut se rompre. A son non du référendum, nous devons continuer de joindre le nôtre dans notre pays. Non, à cette politique d'austérité qui ne marche d'ailleurs pas. A la question de savoir comment aider le peuple grecque actuellement, Varoufakis lors de la fête de l'humanité en France, a eu cette réponse juste et extraordinaire en prenant l'exemple des communistes français qui demandaient à Hô Chi Minh comment l'aider. Celui-ci avait répondu: faites la révolution en France! L'actualité braquée aujourd'hui sur les migrants nous fait un peu oublier les enjeux grecs. Ils font pourtant partie du même combat à mener. Celui de l'inégalité entretenue par les différentes puissances capitalistes, prêtes à tous les coups pour garder la main mise sur des richesses dont leur minorité profite.

 

19:07 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.