mik dupont UA-70672535-1

18/09/2015

A propos du dernier baromètre politique

baromètre.jpgLes derniers sondages des intentions de vote dans notre pays démontrent une fois encore que nous devons rien attendre d'un parlementarisme dépendant d'un yoyo peu changeant d'électeurs pris au piège des querelles politiciennes entre une gauche et une droite très libérale ne visant qu'à sauver des partis usés et incapables de tenir tête aux vrais dirigeants que sont les banquiers et les multinationales. Devenus les valets de leurs puissants lobbys, les partis laissent le champ libre à l'extrême droite nationaliste flamande du VB qui heureusement reste malgré tout très minoritaire.  Le recul de la NVA (loin de la dégringolade qu'annonce le titre de la LLB) et au fond très proche de son rival VB, est probablement insuffisant pour que le CD&V, lui aussi en recul, ose quitter le gouvernement.  Un changement radical de politique ne peut se faire que par la pression de la rue, ce qu'a compris depuis longtemps le PTB qui en plus d'une montée lente mais constante de son électorat rallie sur le terrain de plus en plus  des représentants et militants d'associations sociales  et syndicales des travailleurs. Espérer donc un changement important d'un baromètre politique n'oscillant que dans la zone de la météo maussade d'une politique d'austérité imposée par la fausse démocratie dite représentative n'est pas pour demain.  Seule  la pression d'une masse populaire ne lâchant rien de ses revendications  pourra un jour faire osciller l'aiguille vers un temps plus ensoleillé. Tout sera évidemment mis en œuvre pour calmer les tempêtes, à l'exemple de ce qui s'est passé en Grèce. Le pouvoir politique et ses alliés financiers s'emploieront à nous intoxiquer par la croyance d'une alternative impossible d'un système politique ayant l'art de nous faire avaler les couleuvres capitalistes. Comme les Grecs, nous risquons alors de sombrer dans un désintérêt et un écœurement encore plus grand de ce  qui tisse et réglemente, bien plus que ce que nous croyons,  notre quotidien. Il est pourtant possible de faire basculer, via notre solidarité de loups et non de moutons résignés, celles et ceux qui nous mènent tout droit et petit à petit vers la pauvreté via un détricotage lent et habile d'acquis sociaux gagnés dans la sueur par nos ancêtres travailleurs.

23:42 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

C'est une évidence ! Le peuple est à un tournant et il ne voit qu'une ligne droite

Écrit par : freddy visconti | 19/09/2015

Les commentaires sont fermés.