mik dupont UA-70672535-1

21/09/2015

Tsipras: un vainqueur à plaindre

 

tsipras201.jpgTsipras vainqueur. Mais un vainqueur à plaindre. La situation de la Grèce, en tant que cobaye de l'austérité imposée par une Europe pieds et poings liés par le gouvernement allemand et ses satellites de la haute finance, va encore devenir plus intenable.  A la misère de la très large majorité des grecs s'ajoute aujourd'hui l’afflux des migrants exploité par Aube dorée. Nommer encore Syriza de parti d'extrême gauche ou de gauche radicale devient risible. Tout juste peut-on attendre de son nouveau gouvernement une lutte plus serrée contre la corruption. Les commentaires oublient de souligner la forte abstention dans un pays où le vote est pourtant obligatoire. 40% se seraient abstenus, comprenant et persuadés, avec raison, que ce vote ne servait à rien. A cette faille démocratique du pays vient se greffer celle de l'Europe. Au-delà de toute analyse politicienne, politique ou géopolitique, je pense surtout au peuple grec, ayant dû aller voter dans des écoles où même parfois il n'y a plus de professeurs. A tous les pensionnés confrontés à une perte invraisemblable et cruelle d'un revenu qui leur permettait de vivre dans la dignité. Je pense à ces trois millions de Grecs  qui sont désormais privés de toute couverture sociale et  dont près de 35 % vivent sous le seuil de pauvreté. Leur  tunnel des sacrifices exigés pour le remboursement d'une dette créée par les requins de la finance,  du FMI et par la folie  d'un budget militaire colossal  s’élevant  à 2,5 % du PIB, est loin de se terminer.  Mais qu'importe les raisons. Ce qui compte pour la population est ce qu'elle aura demain dans l'assiette, comment elle sera soigné. Tout le reste finalement lui importe peu. Tsipras va devoir compter avec la colère, celle qui succédera à la résignation du moment. Celle qui devient violente quand les gens n'ont plus rien à perdre. La victoire de cette nuit risque bien de devenir celle de la défaite dans un délai qui sera dicté par l'échec de la politique d'une Europe assassine.

 

00:14 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.