mik dupont UA-70672535-1

27/09/2015

Mais quand donc la politique retrouvera-t-elle du cœur?

coeur.pngA entendre la plupart des discours politiques, force est de constater le cynisme nié, voilé ou même affirmé de celles et ceux qui, au nom de la raison, de la responsabilité, de la gestion, finissent par considérer l'être humain comme un dossier ou un objet économique. L'afflux de migrants a le mérite de montrer le vrai visage de gouvernants pour qui l'homme est traité en simple marchandise. Et encore, puisque les mêmes défendent la libre circulation des marchandises alors qu'ils veulent un renforcement, voire une fermeture des frontières pour les personnes. J'étais encore frappé par le discours de la "connasse" de Morano, hier à" On n'est pas couché". Elle déclarait qu'elle louait la générosité mais qu'elle ne pouvait, comme "responsable" politique qu'agir avec la raison. Un discours droitier populiste auquel une frange importante de population semble, hélas, adhérer. A croire que nous ne pourrions avoir du cœur que pour nos semblables de peau, de culture, de religion. Avec de tels propos, nous risquons bien, comme souligné, dans la même émission et avec justesse par  Xavier Durringer, de le penser, de le dire, comme aujourd'hui sans honte, avant sans doute de passer à l'action demain. A force d'insister sur le droit à nos différences, nous oublions nos ressemblances. Non ce n'est pas être bisounours, rêveur et utopiste que de ne point imposer un divorce entre raison et cœur. La question n’est pas de savoir si nous devons suivre notre raison ou notre cœur. On ne peut séparer le cœur de la raison et vice-versa. Cette coexistence cœur-raison fait partie de tout individu puisqu’elle est l’essence même de l’être humain. Mais qu'est-ce que l'être humain pour un système capitaliste défendu aujourd'hui aussi bien par la gauche que par la droite? Une simple machine à production et à consommation?  Poser la question est y répondre. Le profit avant les gens. Et ça marche puisque nous faisons plus confiance à des hommes et des femmes qui semblent bien garder la tête distante du cœur, même si certains osent dire que celui-ci saigne ou qu'eux eux-aussi sont pères et mères de famille ! En réalité, c'est leur moyen de défense pour conserver un système inégalitaire dont ils sont les bénéficiaires. Heureusement, souvent et paradoxalement, il y a encore, y compris parmi celles et ceux qui votent pour les crétins de la raison, la chaleur des mouvements de solidarité, de générosité pour contrecarrer la froideur des politiciens qui au nom de la sacrée raison ont perdu le sens de l'humanisme. Mais à nous tous de nous poser aussi cette question: pourquoi hésitons-nous entre cœur et raison? Probablement et simplement parce que nous avons peur. Une peur si bien entretenue par la désinformation de ceux qui en ont fait leur fonds de commerce. Ouvrir son esprit n'est possible que si nous ouvrons notre cœur. Le savoir rationnel n'exclut pas le savoir émotionnel. Une raison qui n'est point guidée par le cœur est irraisonnable!

09:44 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.