mik dupont UA-70672535-1

02/10/2015

La guerre de l'information et celle des bombes

bombes.jpgC'est reparti et bien reparti. Comment croire nos gouvernants asservis aux USA sur ce qu'ils déclarent pour lutter  contre  Daesh ? Bizarre et pathétique de voir la lutte des communiqués entre les USA et ses alliés sur les frappes russes qui  auraient repéré des zones qu'eux auraient ignorés! Tomberons-nous dans le piège des objectifs honnêtes et humanitaires qu'aurait notre grand cœur d'attachement aux droits de l'homme face au méchant Poutine? Gardons raison et objectivité. Il n'y a pas d'un côté les gentils et de l'autre les méchants. Que les bombes soient américaines ou russes, elles ne feront qu'aggraver la situation d'une région dont l'immense majorité des peuples ne demande que la paix. Je n'ai pas plus d'admiration pour Obama que pour Poutine, mais si je ne retiens que l'intérêt de notre Europe, je crois plus en Poutine qu'à ceux qui n'ont comme but que le renversement d'Assad. Poutine, en fin stratège vient de prendre l'occident à son propre piège. Ce qui importe chez ceux qui brandissent de part et d'autre la bannière de la démocratie et de la liberté n'est comme toujours que l'intérêt économique. Nous serions aveugles et bien naïfs de ne point  constater et suivre les conflits dans cette région du monde que  sous l'angle d'une prétendue démocratisation, d'une lutte contre l'islamisme primaire, le terrorisme et le sauvetage humanitaire. Nos "grands" n'en ont rien à foutre. Ce qui compte avant tout est l'intérêt du gaz et du pétrole. Doit-on oublier qu'il y a un énorme projet de pipeline qui doit traverser la Syrie pour amener en Europe le gaz du Qatar et de l'Arabie Saoudite... Oublions-nous qu'Hussein est tombé parce qu'il songeait à faire payer son pétrole dans d'autres devises que le dollar? Que  Khadaffi a été assassiné pour les mêmes raisons et pour sa volonté d'installer le dinar d'or comme devise pan africaine? La diabolisation de Bachar relève de la même stratégie et des mêmes objectifs. Sous couvert d'aide à la démocratie et d'une ingérence, y compris armée, dans ces pays, qu'en est-il aujourd'hui? Un chaos infernal dont nous subissons les conséquences avec l'arrivée de milliers de réfugiés et le développement d'une radicalisation d'un islamisme primaire et barbare. Quand refuserons-nous d'entrer dans ce jeu de dupes en prenant position en faveur de l'un des camps qui n'ont d'ailleurs jamais eu une véritable intention de lutter contre l'EI et Daesh. Il n'y a aucune honnêteté dans les objectifs tant de Poutine que d'Obama et de ses alliés. Les bombes n'ont jamais amené la paix, pas plus celles des Russes que celles des Américains ou les nôtres. Nous devons exiger cette paix en forçant les différentes parties du conflit à se mettre autour d'une table de négociations.  Quand mettrons-nous une pression de masse, comme du temps de la guerre au Vietnam?  Quand exigerons-nous que tous les milliards consacrés aux armes servent à une autre économie dont nous avons grand besoin? Quand résisterons-nous à cette peur d'un terrorisme créé et entretenu par ceux-là même qui nous chantent le combattre? Et s'il fallait vraiment choisir mon camp, j'avoue, au risque de me faire encore traiter de bolchévique, que j'irai vers l'Est par le simple constat d'une Europe qui se meurt en ne regardant que vers l'Ouest.

09:24 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Oua....
Bien parlé.

Écrit par : HANSOTTE | 02/10/2015

Les commentaires sont fermés.