mik dupont UA-70672535-1

19/11/2015

L'union fait la force, mais doit éviter la soumission

union2.jpgSi nous pouvons nous réjouir d'une union nationale contre le terrorisme et l'Etat Islamique, il ne faudrait pas tomber dans le panneau d'une union voulue et guidée par la droite, avec en objectif bien masqué de réduire non seulement la liberté individuelle, mais surtout la collective. Alors que le politique ne cesse de nous inviter à vivre "normalement", il multiplie les déclarations qui font peur. Il nous dit de ne rien changer à nos habitudes de spectacles, de concerts, etc. mais dans le même temps, il interdit les manifestations contestataires à ses actions intérieures et extérieures. L'exercice de mise en question, de contestation devient très difficile. S'il est décent de laisser s'exprimer l'émotion de tristesse, de révolte, de la population suite aux derniers événements dramatiques, il ne faut cependant pas hésiter à dénoncer une série de mesures sécuritaires en trompe l'œil. Un sentiment de sécurité n'est pas synonyme de véritable sécurité. Combattre les radicalisés de l'Islam, leurs départs vers la Syrie ou leur retour au pays en les parquant dans des prisons ou en les assignant à résidence, peut se montrer utile, mais en aucun cas être un gage d'une véritable sécurité. En tout cas, la "guerre" engagée contre le terrorisme ne peut mettre en sourdine la voix de ceux qui dénoncent les dessous de cartes des politiques courtisanes envers des pays qui financent d'un bras le terrorisme et de l'autre se font acheteurs d'armes pour les combattre! L'union sacrée politique, saluée à gauche comme à droite et vue comme la force indispensable qui va nous débarrasser de la peste islamique ne peut être prétexte pour affaiblir les luttes sociales. Et pourtant, comment concilier à la fois l'aspiration légitime à la sécurité d'une très large, si pas de la totalité, de la population avec la nécessité de pointer les racines plus profondes logées dans un système capitaliste enfermé dans ses contradictions de paix et de guerre? Une réponse miracle n'existe pas et les tenants purs et durs de recettes exclusivement idéologiques risquent bien de louper complètement le changement politique qu'ils souhaitent. Ils ne feront que renforcer le populisme de droite auquel nous assistons. L'exploitation de la peur, autant du côté djihadiste que du côté de la droite sécuritaire, ne pourra être combattue à coup de slogans simplistes ou idéologiques. Je crois bien plus au soutien, ou non, du coup par coup aux mesures proposées, mais surtout à tout un travail d'une conscientisation patiente des grands enjeux géoéconomiques via un renforcement d'un militantisme d'une gauche décomplexée dans diverses actions d'explications. Le maintien d'une lutte des classes, à laquelle je continue d'adhérer, ne se fera qu'à travers une "pédagogie" lucide, réaliste, organisée, patiente et non par des coups de gueules qui s'évanouiront vite dans l'émotion populaire qui mérite respect et compréhension. Alors union oui, mais surtout attention et  pas soumission!

23:06 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

..."L'union sacrée politique, saluée à gauche comme à droite et vue comme la force indispensable qui va nous débarrasser de la peste islamique ne peut être prétexte pour affaiblir les luttes sociales."
Je vous avoue avoir dû faire preuve de courage pour vous lire jusqu'au bout !
Je n'aime pas le discours de Goblet trop soutenu par les médias subsidiés wallons qui persistent à nous bourrer le crâne d'opinions telles que les vôtres.
Vos" lettres à mon ordi" sont certes "pédagogiques, lucides, réalistes", bien stylées, mais ressemblent trop aux coups de gueule du "planqué" cité plus haut.
L'union fait la force ? Si elle est intéressée, oui ! Ce n'est plus le cas !

Écrit par : MDW | 20/11/2015

Les commentaires sont fermés.