mik dupont UA-70672535-1

19/11/2015

Le mal est bien plus politique que religieux

EI.jpgQue l'Islam revête un danger pour la démocratie et la dignité humaine, plus encore que les autres religions monothéistes, je peux l'admettre. Mais quel Islam ? Celui qui est toujours dans l'obscurantisme et dans une interprétation littérale du Coran est une évidence, mais est-il le seul Islam? Bien des experts en la matière divergent sur la connaissance de cette religion que nous connaissons finalement très peu. Notre obsession du vivre ensemble, ferait de nous, pour certains, de grands naïfs. En étant même d'accord que les racines du mal résident dans l'obscurantisme et le prosélytisme barbare de cette religion, que faire? Partir dans une nouvelle croisade religieuse ou laïque? N'est-ce pas encore plus illusoire et naïf que ceux qui voient dans le vivre ensemble la seule solution raisonnable? Ne nous trompons pas. Bien des musulmans ne tombent pas dans le fanatisme prêché par des imams déjantés et dangereux. Nombreux sont ceux qui refusent l'interprétation guerrière du Coran. Le problème est bien plus politique que religieux. Une religion exploitée par les pouvoirs politiques ne date pas d'aujourd'hui et n'appartient pas au seul Islam. Si cette religion a réussi aujourd'hui de se former en Etat terroriste et a pu étendre ses racines obscurantistes et belliqueuses au sein de nos sociétés, ce n'est pas la faute aux naïfs du vivre ensemble, et encore moins à celle de musulmans qui croient aussi en la valeur universelle du respect de la vie et de l'amour. C'est celle de nos dirigeants, celle d'un système capitaliste qui n'a d'yeux que pour le profit financier. Non seulement nos dirigeants politiques auraient pu éviter la création de l'Etat islamique par des politiques autres qu'interventionnistes et surtout militaires, mais une fois cet Etat créé, ils auraient pu, comme cela semble aujourd'hui se construire, mobiliser une coalition mondiale la plus large possible pour lancer une opération militaire d'envergure, capable d'éradiquer l'Etat islamique. Je donne raison à ceux qui disent qu'on n'est pas en guerre depuis les attentats de Charlie hebdo ou des attentats d'hier à Paris, mais bien, au moins, depuis le 11 septembre 2001. C'est alors qu'il aurait fallu accepter les offres chinoise, russe, indienne, d''une coalition mondiale contre le terrorisme. Mais les USA voulaient rester à la manœuvre et Bush était tellement soucieux de protéger ses intérêts pétroliers et ses amis arabes qu'il croyait à ses propres mensonges. A force d'avoir et d'être encore et toujours les larbins des américains, notre Europe vit aujourd'hui dans la peur et se décide enfin à réclamer cette large alliance internationale. A la solution militaire, il faudra aussi ajouter celle d'éviter à tout prix la radicalisation de jeunes, souvent non religieux à l'origine, mais trouvant dans une idéologie religieuse barbare, une référence et une raison de vivre, que nos sociétés ne leur offrent plus. Leur intégration dépendra aussi de nos luttes pour établir une société plus égalitaire et marginalisant moins celles et ceux qui aspirent et luttent pour autre politique que celle qui fait du capital un nouveau Dieu.

08:33 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Prévenir, vaut mieux que guérir ! Les dirigeants politiques précédents s'y sont affairé depuis des lustres, sans beaucoup de résultats, à en juger par l'attentat parisien. Elio D le disait encore ce matin en promeuvant le "vivre ensemble".
Laurette O. parlait comme vous d'obscurantisme qu'il faut combattre et de préférer s'en prendre à Busch plutôt qu'à son camarade. De belles paroles, que tout cela.
Aujourd'hui, il faut guérir et protéger efficacement la société, en évitant de crier "Pas d'amalgame". Que les adeptes de l'islam, qui se proclament modérés, réagissent au sein de leur propre "dogme" et délaissent les prêches dites radicales. Ce sera déjà un premier pas vers une religion qui prône l'amour.
Conclusion : vous ne dites pas "c'est la faute de l'autre", mais bien : c'est toujours la faute du capitalisme. Et dieu… sans majuscule, svp !
Ceci dit bien amicalement

Écrit par : MDW | 19/11/2015

Toute action demande un minimum d'éclairage. Ce n'est pas, me semble-t-il jamais la faute d'UN autre, mais celle d'un système. Un système, il est vrai que je combats. Je crois que ce que vous souhaitez auprès des adeptes de L'Islam est en train de s'amplifier, même s'il a toujours existé. Pour mieux le comprendre, je vous invite à lire cet article intéressant: http://www.lalibre.be/archive/rachid-benzine-orphelin-de-son-histoire-l-islam-contemporain-s-ouvre-a-tous-les-delires-5614e44235700fb92f80064e#66b64. Bien amicalement aussi.

Écrit par : Mik | 19/11/2015

Les commentaires sont fermés.