mik dupont UA-70672535-1

26/11/2015

La vertu du discernement

discernement.jpgDans le moment que nous vivons, la vertu principale, me semble-t-il, est le discernement, déclarait avec justesse J.L Mélenchon. Le flot d'informations versé en nombreuses gouttelettes sur nos médias risque bien de nous faire croire  à un savoir que pourtant nous n'avons pas. La surinformation véhiculée par l'immédiateté des moyens actuels de communication fausse souvent notre réflexion. Ajoutons à cela nos émotions, ennemies de la raison et une forme de voyeurisme dans l'horreur d'événements sanglants et dramatiques, et nous voici perdus, ne sachant plus trop à qui faire confiance dans ce qui nous est transmis. Nous restons alors dans des impressions, des intuitions, des approximations voire dans des trahisons interprétatives de ce qui, pour nous tous, demanderait un minimum de recul. Décrypter ce qui nous arrive par ce terrorisme au cœur de nos cités doit s'alimenter par autre chose que nos intuitions, souvent relayées et entretenues par des médias en course d'audimat. Un premier pas de meilleure compréhension serait sans doute de prendre l'information à partir de plusieurs sources, de mieux écouter ce qui est débattu dans des médias sérieux. Un bon discernement réclame de faire appel à différents modes de raisonnement. Dans le cas présent, bien qu'il en soit toujours ainsi, il est bon de refaire un peu d'histoire, celle d'un enchaînement d'événements qui ont fait de l'E.I. ce qu'il est aujourd'hui. De comprendre au mieux l'identification de l'intention réelle des personnes, devenues des bourreaux barbares dans leurs actes. De tenter de décoder au mieux tout un discours humaniste derrière lequel les questions de fric, d'intérêts individuels et collectifs se cachent. Sans un minimum de réflexion, nous risquons bien d'être de simples moutons de panurge en suivant ce que fait le plus grand nombre. Le" je suis Paris, Tunis, Beyrouth ou ailleurs" ne suffit pas à rendre un mouvement collectif efficace. Pas plus d'ailleurs que, par sentiment patriotique, arborer le drapeau national, comme on le voit en France. Cela risque même de paralyser notre esprit critique et de nuire à l'intelligence qu'on peut espérer d'un être humain.

08:31 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Bien écrit, Mik.
A quand l'affichette "Je suis ma réflexion". Du verbe "suivre".
Pour imiter "Je suis Charlie"…. ou "Je suis Charlot" (sic) du même verbe "suivre" !

Écrit par : MDW | 26/11/2015

Les commentaires sont fermés.