mik dupont UA-70672535-1

30/11/2015

La COP 21: L'hypocrisie mondiale au sommet

climat4.jpgLa 21e conférence des Nations unies sur le climat s’ouvre donc ce lundi à Paris. L’enjeu : limiter à 2ºC le réchauffement de la planète. Et oui, en pastichant De Gaule, nous pourrions dire: " planète outragée, planète brisée, planète martyrisée" mais en changeant la fin de ce discours célèbre par: planète pas encore libérée. Pas encore libérée par tous ces chefs d'Etats réunis dans une capitale érigée en forteresse dressée contre le terrorisme qui vient de cruellement la toucher. Ville aussi dressée en forteresse pour empêcher l'expression de milliers de démocrates, dignes représentants d'un monde prisonnier des politiques de profit destructrices d'un écosystème nécessaire à la survie de notre planète.  Cette vingt et unième sera-elle différente des autres? Aboutira-t-elle à autre chose qu'à la signature d'intentions jamais ou très peu mises en pratique?  Tout l'enjeu de celle-ci  est d'obtenir un engagement contraignant de ses 147 participants. C'est loin d'être acquis. Dans le fastueux décor très protégé du Bourget, comment vraiment croire, à la détermination de toutes les plus hautes éminences du monde pour une cause à long terme, lorsque nous connaissons leurs préoccupations perpétuelles du court terme? Comment croire à la recherche et à l'application sincère des mesures indispensables à la survie des générations futures, alors même que celles actuelles sont sacrifiées sur l'autel bien protégé, lui aussi, des multinationales qui n'ont comme objectif que le profit à gogo? Le diable de la croissance contre le dieu de l'environnement risque bien de l'emporter. Au sommet des 147 chefs d'Etats réunis, tous ne pèsent pas le même poids. Outre la Chine et les Etats-Unis, premiers pollueurs au monde et pays-clés des négociations, d'autres pays pèsent lourdement. L'Inde reste intransigeante, l'Arabie saoudite préfère le statu quo, les "Pays les Moins Avancés" haussent le ton... Le salut viendra peut-être par ceux qui commencent à comprendre que la transition mondiale vers les énergies renouvelables est inéluctable. Mais rien n'est sûr, dans ce domaine comme dans d'autres. Cette transition mondiale visant l'abandon des combustibles fossiles - pétrole, gaz, charbon - d'ici le milieu du XXIe siècle est loin d'être gagnée. Bref, nous aurons certainement droit au lyrisme des intervenants. Pour ce qui est du concret, n'espérons pas trop. N'espérons que dans les pressions citoyennes, comme celles de ces 500.000 citoyens qui ont manifesté hier dans le monde. Les hypocrites du pouvoir ne bougent que dans la mesure où leur politique risque d'être mise à mal par des révolutions citoyennes.

08:44 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.