mik dupont UA-70672535-1

17/01/2016

Le "Vallseur" sur air tarte à la crème

valls.jpgQu'est que ce Valls a pu m'énerver hier à "on n'est pas couché"! D'abord son ton de matador tue les tympans. Ensuite sa diarrhée verbale qui a l'art d'éviter et de couper toutes les questions qui embarrassent. Et puis surtout cette façon d'affirmer ce que les Français pensent. Que dire aussi de ces grandes envolées sur les valeurs de la République qu'il ne cesse de bafouer. Nul doute qu'avec ce prétentieux premier la devise de liberté, égalité et fraternité n'a de réalité que son inscription sur les frontons des édifices où se dicte et s'organise la dictature des privilégiés. Le comble est de se prendre pour un intellectuel lorsqu'on est qu'un "enfumeur" de cerveaux faibles. Délicieuse intervention d'ailleurs de ce brave, vieux et sage d'Ormeson avec son sens de la synthèse, lorsqu'il osa lui dire que dans son flot de "hautes" pensée, il lui semblait qu'il y avait beaucoup d'enfumage. Et l'académicien de constater avec justesse qu’il veut se rapprocher de la droite. « Toute la France s’est droitisée, le PS s’est droitisé, Hollande s’est droitisé et vous, vous êtes droitisé. » Autre moment fort et réjouissant, celui où l'excellent humoriste Jérémy Ferrari osa l'étriper d'un coup de gueule à la façon Balavoine face à Mitterrand. La réalité vaut toujours mieux que l'intellectualité. «Je ne suis pas politologue, historien... Vous avez dit que la mort de ces jeunes qui préfèrent mourir que vivre. Vous avez dit qu'on était en guerre. Non, non, non! Vous, votre gouvernement est en guerre, nous on n'est pas en guerre. Nous, on se fait tirer dessus quand on va voir des concerts…Moi je ne suis pas en guerre contre les musulmans. [...] Il y a des choses absurdes, comme la présence d'Ali Bongo au défilé. Comment vous expliquez qu'Ali Bongo se retrouve en tête d'une marche pour la liberté d'expression?». L'humoriste en profitait pour ajouter que la loi sur la déchéance de nationalité ne «concerne que quatre personnes». Et pan. En plein dans le mille sur la cible si bien maquillée du faux érudit venu faire un "one man show" interminable, creux et ennuyeux. Ruquier, Léa Salamé et Yann Moix se montraient, eux, bien trop autocensurés. Valls n'aura réussi qu'une chose: nous convaincre de sa froideur et de son cynisme républicains sur un air savant qui n'avait comme notes qu'une ritournelle tarte à la crème qu'on aurait aimé voir un Godin lui flanquer en plein visage.

10:26 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.