mik dupont UA-70672535-1

25/01/2016

Premier baromètre politique de 2016: rien de nouveau sous le ciel gris

baromètre le soir.jpgLe premier grand baromètre RTL-TVI/Ipsos/Le Soir de l’année décrypte des intentions de vote qui ne changeraient pas grand-chose à ce que ce gouvernement nous impose aujourd'hui. La seule petite étincelle qui pourrait donner espoir d'une autre politique est une légère montée de la gauche en Flandre avec le SP.A et celle d'un PTB qui ne cesse de croître en Wallonie et à Bruxelles. Sinon, le yoyo entre les "grands "partis traditionnels ne changerait pas fondamentalement la composition d'un hémicycle d'où finalement n'émane aucun pouvoir, sinon celui dicté par l'élite financière à une oligarchie de pantins nantis tournant en rond dans leur cocon parlementaire. Aucun espoir de changement donc via une représentativité parlementaire qui demeure une escroquerie démocratique. Il ne pourra venir que par un soulèvement populaire incarné dans de grands mouvements de solidarité. L'efficacité de ceux-ci sera plus grande que celle qui donnerait ou enlèverait quelques sièges de plus ou de moins à l'un ou l'autre parti. Pour ce qui est du baromètre de popularité des personnalités, on peut vraiment s'interroger sur la Maggie De Block, première sur le podium dans les 3 régions! Par contre rien d'étonnant de voir Charles Michel adulé en Flandre, comme un valet fidèle de la NVA. Une chose est en tout certaine dans le nord du pays: la déliquescence progressive et constante du CD&V. L'Etat CVP est bien terminé. Ce parti à l'étiquette encore chrétienne ne sera bientôt plus qu'un ersatz d'un parti ne pouvant plus jouer, à l'image du CDH, qu'un rôle de cinquième violon dans des orchestres où son archet sera obligé, sous peine d'être expulsé, de se mettre au diapason imposé par le chef et ses premiers solistes! En ce concerne l'actualité, rien ne prédit un renversement de Charlot. Aucun parti de son gouvernement n'est en bonne santé électorale, pas plus d'ailleurs que ceux de son opposition bien molle qui attend, à l'exception du PTB qui ose mordre et faire mal aux oreilles, mais pas encore aux tripes. Di Rupo maintient une popularité qui l'assure d'un siège impérial non éjectable. Le roquet liégeois Reynders semble s'être bien adapté sur les boulevards et avenues luxueuses de Bruxelles. La passionaria Milquet a beau aboyer sur d'autres trottoirs, elle ne fait plus peur à personne. Bref ce baromètre n'annonce rien de bon pour toute une population qui semble s'entêter à vouloir les mêmes que pourtant elle ne cesse de critiquer! Le combat doit vraiment se faire ailleurs que dans les urnes.

22:44 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.