mik dupont UA-70672535-1

21/02/2016

Vivre avec les loups

trump4.jpgLa politique n'est pas affaire d'enfants de chœur. La course folle à la présidence des Etats-Unis n'est qu'un exemple de ce qui est devenu une saga n'ayant rien à envier à " amour, gloire et beauté" ou aux "feux de l'amour"! Ah, la belle affaire que la politique! Autant il faut savoir tenter d'abattre ses ennemis, autant il faut à la fois embrasser vos amis en montrant les crocs qui pourraient un jour les faire saigner. La meute américaine n'a rien à envier à celle de chez nous. Plus folklorique en apparence, elle se fonde sur la même pratique carnassière. Il faut d'abord appartenir à sa meute. Étendez un parti. Son identité procède le plus souvent d'une "famille" de plusieurs générations. Les fils de, mais aussi des oncles, demi-frères et parfois même de quelques personnes étrangères. A défaut de gènes familiaux, être très fortuné peut vous aider à un bon accueil au sein du groupe, sans être considéré comme intrus. Pour obtenir une place privilégiée et éligible, il faut posséder une large vision (celle du bon loup atteint 250 ° contre 180 ° chez l'homme). Une fois entrer dans "l'équipe", autant bien courtiser le chef. Il a le privilège de décider la chasse et de se nourrir en premier sur les proies. C'est également lui qui ordonne la poursuite d'un intrus sur le territoire! Attention de bien vous y conduire. Trop de faux pas, ou de mise en avant peuvent vous faire apparaitre comme le loup oméga: celui-ci est le souffre-douleur de la meute et c'est vers lui que converge toute l'agressivité. ( Cf: Milquet et Gallant). Toujours en comparaison avec ce petit monde, vous constaterez que certains loups décident de quitter la meute (comme les loups oméga) ou sont bannis après avoir échoué lors d'un conflit. Ajouter que des tensions peuvent naître quand la nourriture se fait rare, comme une chute d'électorat. Autre caractéristique: leur moyen de communication est le hurlement, ils poussent des cris. Les loups hurlent — entre autres — pour se rassembler et maintenir une cohésion dans le groupe. Voyez Trump ou encore notre De Wever! Et pour conclure, je dirai que si les attaques du vrai loup contre des humains ne relèvent que de l'imaginaire ou du fantasme, celles du loup politique sont bien réelles. Les braves petits moutons que nous sommes se font toujours mangés par cette meute n'ayant rien du gémissement altruiste qu'ils poussent au moment des élections!

11:33 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.