mik dupont UA-70672535-1

22/02/2016

Les blablas de nos élites politiques valent-ils mieux que ceux du café de commerce?

monnaie.jpgEn regardant nos tristes débats politiques du dimanche, je me demande si finalement les brèves de comptoir ne sont pas plus intéressantes. A force de blablater et de nous noyer dans la complexité des "dossiers" qu'ils ont à gérer, où la créativité se résume à faire des économies et à se montrer compétitif sur le marché, nos politiciens ont perdu le sens et les fondamentaux non seulement du pourquoi ils ont été élus, mais de la réalité de l'activité mondiale. Ils nous imposent, par réalisme, ce qui est de nature financière non productive, avec comme corollaire la puissance des banques qu'ils ont le culot de sauver lorsqu'elles faillissent. Y-a-t-il donc quelqu'un pour modifier cet ordre des deux tiers de l'activité mondiale? Oui, quelques leaders d'un vraie gauche, aussitôt mis au pilori au nom de la sacrée réalité. Il nous faudrait donc nous contenter des miettes. Ces miettes que nos socialistes, défenseurs jadis de notre pain, veulent simplement mieux distribuer, en nous prêchant que nous avons encore la chance d'en avoir! Qu'avec eux, elles sont un peu plus grosses… Libéraux et socialistes parviennent aujourd'hui à nous convaincre que cela ne dépend pas d'eux, de nous, mais dépend d'autres. Le communal nous dira que c'est de la compétence du régional qui a son tour se retournera sur le fédéral qui se dira devoir respecter les normes européennes. A quoi l'homme de la rue, devant sa chope, répondra, avec raison: " tous les mêmes". Et se sentant en situation d'impuissance face à la machinerie infernale, il reprendra une seconde choppe en se disant qu'il vaut souvent mieux changer ses idées que le monde. Il s'inclinera devant la souveraineté du donné de ses élites politiques. Par paresse, résignation, sacrifice insensé, il renoncera à ses désirs de faire évoluer ou changer le monde. Tout comme il laisse son désir d'éternité aux curés, il laissera son désir d'une vie meilleure aux chantres de la liturgie libérale. Il oubliera la valeur des combats collectifs de ses ancêtres. Il oubliera que par le travail il peut transformer la nature, par la révolution la société et par l'éducation et la culture se transformer lui-même. Ne nous laissons pas endormir, participons à la résistance et aux propositions de celles et ceux qui veulent et sont encore capables de modifier l'ordre social imposé par les nantis de la finance et de la politique. Voilà pourquoi, je serai à la manifestation du PTB ce dimanche sur la place de la Monnaie à Bruxelles.

08:42 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.