mik dupont UA-70672535-1

13/03/2016

Actualité de semaine: quand la "réalpolitik" prend le dessus…

afd.pngA force de pratiquer un dit réalisme, nos politiques s'enfoncent dans un drame humanitaire dont nous mesurons encore mal les effets néfastes pour la grande majorité d'entre nous. En politique, comme ailleurs, perdre l'utopie revient à marcher doucement mais sûrement vers des visions nationalistes dont nous avons oublié le passé et les guerres. Abandonner ses idéaux pour composer avec la réalité mène irrémédiablement à un règlement à court terme des problèmes auxquels nous sommes confrontés. Ce qui se passe en Allemagne, avec la poussée de la droite populiste AfD lors des trois scrutins régionaux ce dimanche n'est qu'un exemple parmi bien d'autres. Notre petit pays n'a rien à envier à ces politiciens qui veulent nous faire croire qu'il n'y a pas d'alternative à cette "réalpolitik" qui engendre le replis, le racisme, le nationalisme et la misère attribuée à des boucs émissaires, cibles faciles pour une masse populaire maintenue dans l'ignorance des vrais sources de la dégradation économique. C'est cette "réalpolitik" qui a mené Charles Michel et son MR à s'allier avec une NVA qui joue un incroyable double jeu. Voyez, le président de la Chambre, Siegfried Bracke, présent à des réceptions royales et quelques jours plus tard  participe au Vlaams-Nationaal Zangfeest, un rendez-vous du Mouvement flamand, réunissant tous les défenseurs de la cause indépendantiste flamande jusqu’à la droite nationale. Voyez Didier Reynders et ses collègues qui par "réalisme" pactisent avec le régime turc de Erdogan qui sait jouer avec la lâcheté européenne. Voyez un De Wever qui veut encore saquer dans la sécurité sociale. Ce qui peut paraitre anecdotique dans le grand concert géopolitique l'est bien moins que le pensons. Fermer les yeux sur les exactions commises par un dictateur pour tirer parti de l'exploitation des ressources présentes sur son territoire en lui attribuant par" coutume diplomatique" une légion d'honneur, dépend  aussi de tout ce processus "réaliste". A force de faire des concessions sur ce qui paraît "petit" nous ruinons notre humanisme et nos progrès sociaux. Quand prendrons-nous conscience et réagirons-nous à cette machiavélique politique qui n'a comme objectif que de maintenir au pouvoir les princes de la finance et leurs valets politiques, indépendamment des questions de religions, de morale, de justice, de démocratie, de nations?

 

20:59 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.