mik dupont UA-70672535-1

30/03/2016

L'écran de fumée des mesures anti-terroristes

Nos éminences n'ont vraiment plus rien d'élus formidables et la minable alliance avec la NVA confirme chaque jour leur médiocrité. Comment croire que l'arsenal des nouvelles mesures législatives va réduire le risque d'attentats? Nous assistons à un mauvais jeu de dupes dans un pays qui n'en n'est plus un et qui s'est structuré de façon à ce que chacun puisse prétexter que c'est la faute de l'autre. La solidarité nationale s'est perdue depuis longtemps. Chaque parti politique, en dehors du PTB qui est resté encore national, se dispute des petites zones de pouvoir. Mais pire encore: le MR a laissé entrer dans l'arène la NVA nationaliste avec ses hooligans flamingants déguisés en serviteurs de l'Etat. Depuis des dizaines d'années, les fonctions régaliennes (justice, police, renseignements, sécurité sociale se sont réduites. Les politiques néolibérales, soutenues et partagées par les socialistes dits réalistes ont amputé sans discontinuer les investissements publics. Chaque ministre a voulu sa petite réforme pour se mettre en avant. La "com" avant tout! Alors ce n'est point de nouvelles lois dont nous avons besoin, mais d'un énorme réinvestissement en moyens et en hommes. La Commission de la vie privée a raison de se demander d’où vient la nécessité de la mise en place d’une ou plusieurs nouvelles banques de données et de créer un nouveau cadre juridique à côté de ce qui existe déjà , tout comme le Conseil d’Etat, qui de de son côté, écrit :  la question se pose de savoir s’il est bien nécessaire de créer une nouvelle banque de données à destination des mêmes services et organismes que ceux tenus de l’aliment. Mais tous les minables partis politiques, à l'exception encore une fois du PTB, vont s'engouffrer dans un écran de fumée sécuritaire qui ne servira qu'à nous faire croire à une gouvernance responsable. Nous en avons marre, nous sommes dégoûtés de toute cette tromperie qui s'ajoute à celle qui veut nous faire croire que le chômage diminue tandis que les files aux CPAS ne cessent de grandir; que les infrastructures et les logements publics ne cessent de se dégrader; que l'enseignement, la Police, et la Justice n'ont cessé de réclamer des moyens supplémentaires. Mais comment croire à une redressement de cette faillite dans l’organisation de l’Etat, quand le principal parti du gouvernement ne rêve que de se séparer de celui-ci? De ce surréalisme à la belge, nous ne voulons plus!

09:33 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.