mik dupont UA-70672535-1

12/04/2016

Le cas Milquet ouvre la boîte à pandore!

Nous connaissons tous l'hypocrisie politique. Le procès contre les attachés de cabinet payés par l'Etat pour faire essentiellement la campagne électorale de leur "patronne" n'est pas isolé et est à replacer dans la globalité du fonctionnement de notre démocratie. Méfions-nous donc des chevaliers blancs! A côté des militants de base qui œuvrent bénévolement et généreusement au sein des partis, il y a tous ceux dont le beefsteak dépend d'un poste de travail payé par l'Etat, mais attribué par les partis. Tous ces collaborateurs de l’ombre sont des ressources précieuses pour faire grandir le parti et pas seulement pendant les campagnes électorales. Une flopée d’obligés qui doivent leur poste à un parti politique et qui sont révocables sur un caprice, particulièrement dans les cabinets ministériels où les débutants n’ont pas de réel contrat mais sont engagés par un simple arrêté ministériel, sans aucun filet de sécurité. Mais attention! Les travailleurs de l'ombre ne sont pas que dans les cabinets ministériels. L'opacité est bien plus large que nous imaginons! Ainsi chaque député a, au minimum, un collaborateur universitaire à sa disposition, plus un non universitaire. Connaissez-vous les collaborateurs de votre député? Ajouter à tout cet arsenal, et de façon bien plus subtile,, les personnes qui gravitent dans les sphères mutuellistes et syndicales, dans les associations sportives, culturelles et autres, proches des partis politiques et qui indirectement sont aussi payées par des subventions d'Etat! Alors, quand je vous dis que le cas Milquet ouvre la boîte à pandore! C'est évidemment une bonne chose, mais méfions-nous de tous ces chevaliers blancs qui vont crier au scandale sans nettoyer leur trottoir! Oui, oui, vous avez raison Monsieur Prévot sur l’affaire Milquet: «C’est le procès du fonctionnement politique»! A nous citoyens d'exiger toute la clarté sur ce fonctionnement…

10:23 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.