mik dupont UA-70672535-1

25/05/2016

Paul Magnette: «Le débat interne à la gauche est très utile».

Paul Magnette: «Le débat interne à la gauche est très utile». Je trouve toujours très comique ou dramatique que Magnette se dise de gauche! Pathétique d'entendre ce " Jaurèssien" (terme qui demeure très mystérieux... et dont il ne semble pas avoir fait grand-chose) vanter « le courage » du "retourneur " de veste d'’Alexis Tsipras! Les accents très professionnels de l'intelligent professeur Magnette ont la sincérité travaillée face au miroir pour y croire vraiment! Non, j'avoue ne pas adhérer à cet homme qui m'horrifie avec son sentiment contenté de soi-même, d'un moi se vivant comme clé optimisante du système PS! Etonnant aussi de voir Philippe Lamberts (Ecolo), avouer honnêtement que son parti s'est fait entubé par le PS en votant le traité européen d'austérité et omettant de dire qu'il a voté Junger à la présidence de la Commission parce qu'il avait une "conscience sociale"!! Reste un Raoul Hedebouw, dont le succès grandissant n'est point étonnant parce que les gens "d'en-bas" sentent un enthousiasme, une envie d’y croire, comme s’ils avaient enfin trouvé celui qui parle leur langage, celui d’une radicalité intelligente. Sans cette radicalité, les intérêts des travailleurs resteront menacés. Le PTB l'a bien compris. Pas question d'être "ministérialiste" à la façon PS ou Ecolo et d'entrer dans des gouvernements bourgeois pour, soi-disant, éviter le pire. Qu'est devenu le réformisme, y compris celui du grand Jaurès? Une vague et inconsistante sociale démocratie dont aussi bien la gauche que la droite se réclament et qui fait le jeu d'un libéralisme capitaliste qui enrichit les riches et fait crever les pauvres!

09:17 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/05/2016

Totalitarisme communiste et PTB

ptb logo.jpgRidicule de voir, en permanence, dans les médias et les commentaires de lecteurs, une comparaison établie entre le totalitarisme communiste de la Corée du Nord et le PTB. Restons sérieux. Je vois mal tout à coup, le président Mertens apparaitre, tel Kim Jong-un, flanqué de ses lieutenants Hedebouw, Van Hees , Gillot, Warnier et consorts au balcon du palais royal face aux citoyens belges soumis de force et obligés de clamer la grandeur des exploits anticapitalistes de leurs nouveaux leaders! Je vois mal les grands serviteurs de la cause solidaire, du nom des Pestieau et Cie, décapiter sur cette place ou ailleurs les Michel, Lutgen, De Wever et autres opposants au nouveau régime ptbiste!!! Restons sérieux! Nous pourrions aussi caricaturer le totalitarisme capitaliste en disant que, finalement, il laisse le choix à la classe ouvrière entre: Coca-Cola et Pepsi, les taux d'intérêts de 0,1 ou 0,2 de Fortis ou ING, le hamburger Mc Do ou Quick, le tee-shirt H&M et Primark, les lunettes Affelou ou Atole, etc…! Je ne pense pas qu'il faille agiter l'épouvantail de la Corée rouge dès qu'un baromètre politique indique une montée du PTB! Les militants de ce parti ne sont que des casseurs pacifiques des privilèges que s'offrent les maîtres de la finance sur le dos des petits consommateurs et producteurs. Ils ne font que dénoncer une richesse mal distribuée permettant à une minorité de boire du champagne, de s'habiller chez les couturiers dévoués de Bernard Arnault, de placer à gros intérêts au Panama, etc., etc… Mais plus sérieusement que ces anecdotes faciles, regardons surtout la réalité d'une société qui n'a jamais autant produit de richesse et dont le fossé entre pauvres et riches ne cesse de s'agrandir au nom d'un libéralisme du marché, synonyme de régression sociale. D'un libéralisme qui au nom de la liberté individuelle et des règles du marché crée pour une majorité de citoyens le choix obligatoire d'un travailler plus pour gagner moins .Un libéralisme ne voyant que les petits que comme des assistés tandis que ses puissants militants s'asseyent en seigneurs de la science et du fric pour manager les fourmis ouvrières!!

17:50 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/05/2016

Nous sommes les nains serviles des américains…

Qui douterait encore de la subordination de notre gouvernement au monde de la grosse finance ajoutée à celle imposée par les Etats-Unis? Les Michel, Reynders et consorts ne sont en fait que des petits polichinelles agités par la main toute puissante des leaders américains qu'il faut, à tout prix, éviter de mécontenter! Tout le reste n'est que blablas. Les six appareils F16, qui reprendront leurs frappes à partir du 1er juillet prochain en Irak, mais aussi contre les sanctuaires syriens du groupe terroriste le feront, non point sur le mensonge grossier d'une dite "légitime défense", mais bien par l'hégémonie du capitalisme américain voulant s'imposer au monde. Si nous sommes tous pour la destruction de Daesh, nous savons aussi qu'il y a d'autres moyens que celui des armes et notamment son étranglement financier. Les discours du petit roquet Reynders sont écrits par la plume des ricains et ne sonnent justes que dans l'oreille des riches dont il est depuis longtemps la marionnette préférée! Avec tous ces milliards dépensés inutilement, nous pourrions avoir une tout autre politique sociale et internationale qui engendrerait moins de paumés qui se laissent radicaliser et tombent dans l'horreur sanguinaire. Trop simple, me dira-t-on, mais le charabia à l'alambiqué de notre gouvernement pour tenter de nous convaincre du bien-fondé de ses conneries géopolitiques ne vaut pas mieux.

11:44 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/05/2016

Seraing n'est pas à Alain…

Alain Mathot se dit être tombé par naissance dans la marmite de gauche! Fils de papa, ou plutôt fils à papa, le député-bourgmestre traîne, en tout cas, comme son père Guy, une série de casseroles qui font beaucoup de bruits mais dont le contenu est bien protégé et a toujours échappé à un verdict de Justice. Présomption d'innocence oblige, même quand on échappe à une inculpation en brandissant l'immunité de la cuisine parlementaire. Maître en clientélisme, vénéré et craint par ses ouailles serésiennes, le seigneur Alain se croit propriétaire des lieux de son fief. Ainsi vient-il d'interdire la fête du PTB et de Médecine pour le Peuple dans une salle gérée par les bonzes PS du lieu, dont évidemment le grand chef! Le bourgmestre aurait pu, comme représentant de tous les citoyens, venir faire un petit coucou de sympathie! Il aurait certainement été accueilli avec courtoisie, mais non ce type de fête de gauche ne semble pas lui plaire… Il préfère faire la fête en jouant au poker dans les casinos de Cannes et de las Vegas! Vrai que ce qu'il aurait éventuellement gagné à la tombola n'aurait pu servir de prétexte pour échapper, à tort ou à raison, à des accusations de corruption et de trafic d'influence! Mais voilà, Alain, c'est Seraing, disait son slogan! Attention Alain, car il se pourrait que demain te réserve quelques surprises…

11:39 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/05/2016

La face cachée de RTL

Comment croire qu'une chaîne privée et financée principalement par la pub des multinationales puisse présenter les syndicats sans leur mener un procès essentiellement à charge? Comment croire que deux journalistes attachés la grosse nébuleuse de Mediafin (actionnaire de Vacature) , une joint-venture de de Rossel ( Le Soir) et De Persgroep, réunissant les éditeurs Uitgeversbedrijf Tijd (De Tijd), Editeco (L’Écho) et De Belegger (L'Investisseur) mais aussi les magazines Netto/Mon Argent et Sabato, puissent présenter la gestion syndicale sans des apriori négatifs? Nous avons donc vu, bien plus que la face cachée des syndicats, celle mieux cachée encore de RTL. Très loin d'un débat de fond, les reportages ne se sont pas privés de raccourcis et de faits " anecdotiques", sensés mettre dans l'embarras les deux représentants syndicaux. Martin Buxant et Joan Condijts ont, heureusement, vite été remis à leur place! Si ce n'était sérieux, il y aurait de quoi rigoler de la méthode populiste employée par ces deux journalistes à la solde d'un journal élitiste qui se veut être une référence économique! Faire "écho" de la brave Raymonde et du frère Goblet, d'un "manoir" abandonné ou d'un voyage à Cuba, relève d'une presse de caniveau qui n'hésite pas à faire le trottoir! Que tout ne soit pas parfait dans le fonctionnement des syndicats est certainement une évidence. Se servir de ces imperfections pour tenter de diminuer leur influence et leur enlever leur rôle indispensable de contre-pouvoir relève de la plus basse manipulation. Avant de réclamer la transparence des organisations syndicales, il serait bien plus urgent d'exiger celle des combines financières qui éludent l'impôt… A côté des incidents violents menés par quelques têtes brûlées ou désespérées, il faudrait aussi dénoncer toute la violence patronale pour qui l'ouvrier n'est qu'un objet de production qu'on peut jeter comme un Kleenex..

 

23:12 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

01/05/2016

Une gauche unie?

En ce temps de profonde régression sociale, il serait bon et même indispensable de recréer un véritable front de gauche, comme le font le PC et le PTB. Mais comment y insérer un PS qui a perdu, du moins dans ses dirigeants, les valeurs fondatrices de la lutte ouvrière? L'oligarchie PS s'est tellement embourgeoisée qu'elle a perdu le partage des réalités de terrain pour s'enliser dans la pensée unique du libre- marché et sombrer dans le piège d'une sacro-sainte compétitivité tirant vers le bas le gagne-pain des ouvriers, des petits indépendants, des agriculteurs et le haut celui des profiteurs et exploiteurs. La hiérarchie PS, à force d'alliance avec le libéralisme, est tombée dans le déni de l'existence des classes et, pire encore, est entrée dans celle des nantis qui finissent par penser que le peuple ne vit pas si mal et même au-dessus de ses moyens! Les penseurs du PS ne sont plus ceux issus des mines, des usines, des coopératives, des petits producteurs et commerçants, mais bien ceux issus d'une nouvelles bourgeoisie rouge fréquentant les salons feutrés des réceptions des grandes multinationales et des gros actionnaires. Loin de la lutte ouvrière, les bonzes et énarques du PS tentent de se maintenir au pouvoir en attaquant très souvent et subtilement une gauche qui, sur base de ses valeurs, présente des alternatives réelles de changement qui ne méritent pas d'être traités d'irréalistes ou de populistes. Le flop du 1 mai du PS liégeois, face au succès du PC et du PTB, devrait l'éclairer sur la fausse route qu'il continue à vouloir parcourir. Ses militants, de plus en plus déçus, risquent bien de quitter un cortège où il n'y aura plus que des majorettes et des fanfares pour accompagner les Mathot, Marcourt, Demeyer et compagnie… Et, si une partie  militante a rejoint ou rejoindra, fidèle à des convictions, le PTB ou le PC, une autre partie, trop dégoûtée, déforcera la gauche en ralliant des partis d'extrême-droite. Il est temps que les militants tant PS que syndicaux rejettent les compromis de leurs dirigeants aux abois et unissent leur combat, non par un simple chant de l'Internationale, mais par son application quotidienne sur le terrain.

23:00 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |