mik dupont UA-70672535-1

06/08/2016

JO DE LA HONTE ET DE L'EXCLUSION

rio.jpg"Vous avez transformé Rio en une ville moderne et unique, a lancé le président du CIO. Et vous avez toute notre admiration, car vous l'avez fait dans un moment difficile de l'histoire du Brésil". Ah, elle a bon dos la modernité. Si elle consiste à cacher la misère d'un peuple, non merci! A qui profite les milliards dépensés pour cette dite fête du sport? Les dites retombées économiques sont souvent un leurre. A trop vouloir se concilier les bonnes grâces des multinationales, le Brésil a fini par devenir l’une de leurs filiales sans âme. L'organisation de ces jeux dans des pays pauvres accroît la situation d’endettement. Les emplois créés sont temporaires et les ouvriers exploités. La dette grecque avait accru en raison du coût des JO. Le déficit public qui était en baisse depuis la fin des années 1990, passa de 4,6 % du PIB en 2003 à 7,5 % en 2004. Toutes les études approfondies sur l'impact économique des JO montrent qu'il est négatif. Les budgets initiaux sont toujours sous-estimés, les retombées économiques immédiates surestimées, tout comme celles au long terme des investissements dans les infrastructures. Montréal en 1976, Moscou en 1980, Athènes en 2004... Les fiascos financiers ne manquent pas. Est-ce vraiment par souci du sport que les sponsors historiques réguliers des JO depuis 2000 (Coca Cola, Visa, McDonald's, Panasonic, Samsung) injectent leur fric dans ces jeux? Déplacements de population, voire expulsions avec indemnité dérisoire. Bref, si pour les partisans de l’organisation des JO, les sommes colossales investies ont un impact positif en termes de tourisme, de rénovation urbaine et de santé publique, c'est en réalité rarement le cas. Mes deux voyages et séjours au Brésil m'ont fait aimer ce pays et ses habitants. Rio a un patrimoine architectural et culturel merveilleux qui, au contraire des promesses, ne se trouvera pas aidé tandis que des milliards seront engloutis dans des infrastructures risquant d'être vite obsolètes et abandonnées. Et demain les brésiliens seront encore plus pauvres qu'aujourd'hui…

09:21 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.