mik dupont UA-70672535-1

23/09/2016

Blessures d'enfance

enfant blessé.pngPlus je vieillis et plus je découvre autour de moi et en moi, combien à l'âge adulte, nous avons été le fruit de nos blessures d'enfance. Ce que savent les psychologues, ce qu'écrivent les romanciers met du temps à se révéler à notre conscience. Je crois, dit Jacques Salomé (dans son livre: Car nous venons tous du pays de notre enfance): "que les blessures reçues dans l’enfance ne guérissent jamais. Elles peuvent être apaisées, voire cicatrisées, mais elles restent toujours prêtes à s’enflammer si un événement ou une situation les réveille ou les stimule. Quand nous disons que nous allons bien, que nous sommes réconciliés avec nous-mêmes, cela signifie simplement que nos blessures primaires sont en repos, qu’elles ne sont pas irritées." Blessures familiales, d'écoles, sociales semblent s'estomper à l'âge de l'automne de notre vie. En tout cas dans la mienne Nous avons alors tendance à idéaliser cette enfance. Peut-être parce que nous y retournons en redevenant à la fois plus fort par nos expériences de vie, mais aussi plus vulnérables dans nos articulations! Et quand je lis ici vos petites citations, vos petites histoires et espoirs, je repense au sigle évocateur "T.R.A.H.I.I.I" ; T comme Trahison; R comme Rejet; A comme Abandon; H comme Humiliation, I 3 fois comme Impuissance – Injustice – Intrusion… L’une ou l’autre de ces blessures nous concerne. Savez-vous quelle est ou quelles sont les vôtres ? C'est important, car alors vous les relativiserez. Vous aurez moins de réactions disproportionnées. Vous aurez moins de propension à éprouver le titillement ou le réveil intempestif de ces blessures. Vous vivrez plus sereinement et vous vous ouvrirez probablement à un meilleur altruisme, celui qui tolère et pardonne. Et au lieu de se battre inutilement pour ces blessures de jadis ou d'aujourd'hui, il y a des chances que vous vous battiez pour diminuer les grandes injustices et misères autour de vous et dans le monde!

16:45 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.