mik dupont UA-70672535-1

05/10/2016

"Lutter contre la criminalité financière en Belgique, c'est un peu comme poursuivre une Porsche avec une 2 Chevaux".

Porche.jpgAlors que la lutte contre la fraude sociale ne fait que de se renforcer, celle contre la fraude fiscale ne fait que régresser. Les déclarations de Patrick Ludinant, le directeur de la DJSOC, la direction de la lutte contre la criminalité lourde et organisée au sein de la police fédérale, lors de son audition, mardi, devant la commission spéciale de la Chambre consacrée au scandale financier panaméen révèle bien le manque de moyens flagrants mis à la disposition des enquêteurs. N'est-il pas scandaleux et inadmissible que ce service ne puisse, soit disant par manque d'argent,  disposer de logiciels permettant de traiter des milliers de données, comme ceux utilisés par les journalistes du consortium à l'origine des Panama Papers. Ce n'est évidemment pas l'effet du hasard. Osons dire clairement que les riches fraudeurs sont à l'abri. L'Etat ne fait pas grand- chose pour récupérer de l'argent chez eux, juste un peu pour ne pas que l'on puisse dire "rien". Est-ce donc populiste de le dénoncer? Le détricotage du pouvoir judiciaire que ne cessent de proclamer les magistrats est-il, lui aussi, le fruit du hasard? La Belgique recule dans la lutte contre la criminalité financière. 7% du PIB brut mondial est lié à la corruption et rien qu'en Belgique, l'évasion fiscale représente quelque 30 milliards d'euros par an. Ce n'est pas Raoul Hedeboux qui le dit, en faisant une dite démagogie, mais bien le juge d'instruction Michel Claise, spécialisé dans la lutte contre la criminalité en cols blancs, à l'occasion de son audition par la commission spéciale de la Chambre consacrée aux Panama! Et lorsqu'il conclut par: "Lutter contre la criminalité financière en Belgique, c'est un peu comme poursuivre une Porsche avec une 2 Chevaux" comme par hasard un député MR trouve directement qu'il sombrer dans la "caricature". Tiens, n'est pas De Wever qui roule en Porche? Ah non, c'était un ami, comme ceux, sans doute, d'Anvers dont les diamantaires sont bien protégés. Et qu'Elio ne vienne pas crié aujourd'hui au scandale. en 2006, le gouvernement de l’époque (composé des libéraux et des socialistes) a offert au secteur des diamantaires « une régularisation fiscale qui ne porte pas son nom », selon les termes d’un expert fiscaliste non pétébiste, en adoptant diverses mesures fiscales. Alors quoi, braves gens? Oui, passionnez-vous pour le procès Wesphael et Secret story tandis que ce gouvernement de merde vient chercher dans votre poche parce qu'il n'y a pas d'autres solutions pour boucher le trou budgétaire…Et surtout, la prochaine fois, n'oubliez pas de voter pour ceux qui sont responsables et ne font pas de démagogie!!!

 

07:34 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.