mik dupont UA-70672535-1

14/10/2016

Libéralisme et socialisme= chou vert et vert chou

chou vert.jpgLe débat entre candidats de la droite hier en France a, une fois de plus, démontré que celles et ceux qui se revendiquent de pratiquer une politique réaliste et sérieuse exercent un populisme et une démagogie qu'ils reprochent tellement aux partis dits et taxés d'extrémisme. Le Français, comme le Belges n'ont plus rien  à attendre des partis traditionnels. A y regarder un d'un peu plus près quand la gauche ou la droite se prononce pour taxer les riches, mais de manière ciblée ( à la façon Reynders ou Peeters), c'est une mesure purement et simplement à la con. Les mesures de droite favorisant les riches en faisant le vœu pieu qu'ils injectent leur richesse dans l'économie afin de créer de l'emploi est d'une hypocrisie totale. C'est tentant de le croire mais on l'a déjà fait. Et que donne le jobs, jobs, jobs de notre Charlot? Taxer les plus pauvres et alléger symboliquement les taxes des plus riches afin de relancer l'économie et de favoriser l'emploi des plus démunis à long terme est une illusion totale. On  en voit d'ailleurs chaque jour les résultats. A l'heure qu'il est, on sait que ni la gauche ni la droite n'a de solutions fiables car on sait que le problème, et donc les solutions, sont ailleurs. Mais cela reste bien caché. On tire sur les mauvais leviers parce que les bons leviers sont sous scellés et défendus par des chiens de garde (comprendre les lobbies). Tant que les partis politiques ne feront que crier au scandale de peur de perdre leur électorat populaire et d'un autre côté courtiseront, à l'exemple de Magnette et Marcourt ces leviers, véritables matraques de pauvreté sur nos têtes, cela ne fonctionnera jamais. Le résultat sera toujours aussi écœurant. Quand donc les gens se décideront ils à voter et à soutenir un autre choix que celui entre une politique inefficace de gauche ou une tout aussi inefficace de droite? Car quitte à être dans la merde, je préfère qu'on m'épargne l'indécence de voir des mesures spécifiquement prises pour que les riches deviennent encore plus riches, les pauvres encore plus pauvres et les minorités pointées du doigt comme étant les responsables de tous les maux. Quand des sociétés licencient alors que leur chiffre d'affaire est sans précédent, on sait que leur octroyer des largesses ne changera rien. La logique des entreprises est d'optimiser leurs gains coûte que coûte. Et quand on presse le citron, la dernière goutte à extraire c'est le droit et le salaire de l'ouvrier et du petit employé. On n'est pas en mesure de contrecarrer la mondialisation et la croissance infinie, même avec ces largesses, sans précariser encore plus les couches les  moins nantis . Le problème avec la droite c'est leur croyance dans le miracle de l'économie libérale. Il pense qu'une politique économique libérale crée forcément une création de richesse qui in fine retombera sur tous, sans devoir créer des mécanismes de redistribution et en oubliant qu'une politique de réduction d'impôt amène un déficit budgétaire. Charlot, en bon libéral, ne l'a pas compris. Le problème avec la gauche est qu'elle est devenue insipide et consensuel dans ses alliances avec la droite. Alors la gauche ou la droite dite modérée sont-elles impuissantes à réduire les inégalités? Oui. Tant que les leviers d'action sont scellés. Seule la rue, comme pour le refus de la CETA pourra parvenir à faire sauter ces scellés bien protégés.

18:50 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.